blason arbresle
Accueil >> Les Publications >> Arborosa

Arborosa n°41

Ce nouveau numéro, le quarante et unième ne vous parlera pas encore des fouilles de la Turdine, malgré de belles découvertes comme les restants d’un battoir à chanvre avec une partie de son dormant et de sa meule, ou les restant de la muraille médiévale du mur d’enceinte, ou les pieux d’un éventuel pont antérieur, au niveau du Cheval Blanc.

Nous l’évoquerons dans le prochain numéro de la revue. Ecrire que nous ne parlerons pas de ce chantier, n’est pas tout à fait exact car Pierre Forissier s’est penché sur l’alimentation en eau publique de la ville de L’Arbresle dont la canalisation venant de la Chana, recouverte d’un gué en 1850, a été mise à jour au cours du chantier.

Il consacre aussi un article à la famille Deville, habitant à St Germain, au lieu-dit du Muzard, dont deux de ses membres furent ingénieurs dans la nouvelle administration des Ponts et Chaussées nouvellement créée, en ce début de XVIIIème siècle. Le père et le fils ont réalisé des travaux sur cette voie royale entre Paris et Antibes et plus particulièrement à L’Arbresle où ils construisirent ou reconstruisirent deux ponts, l’un sur la Brévenne et l’autre sur la Turdine, suite aux inondations destructrices de nos deux rivières au régime « torrentiel », en 1715. Ils ont également ouvert une nouvelle voie de contournement du bourg médiéval de la ville : la rue Centrale appelée aujourd’hui rue Charles De Gaulle. Ces travaux, au niveau régional et national, sont d’une ampleur jamais vue depuis la fin de l’empire romain.

Un second article est la première partie d’un témoignage exceptionnel entre les deux guerres de la vie à l’école Champagnat. Ce dernier, écrit par une professeure qui a exercé à l’époque dans cette école, nous offre la chance de redécouvrir la vie dans cet établissement au cours d’une période révolue dont se souviennent seulement les plus âgés de notre région. Cet article a été mis en page par Jacqueline Millet et Bernard Moinecourt avec des photos et des cartes postales de Gilbert Silvestre.

La gare de L’Arbresle possède encore une grue d’alimentation en eau des trains à vapeur encore dénommée grue hydraulique. Christian Messner nous décrit l’utilité de cet équipement et son histoire qui a été indispensable au bon fonctionnement de ce type de machine pendant des décennies jusqu’à la disparition des locomotives à vapeur.

Dans chaque revue, nous consacrons aussi un article à un des Homme qui a participé à la vie de la ville et nous avons pensé qu’au moment où le centre de secours change une fois de plus de lieu, nous devions évoquer la mémoire de l’un de ces volontaires Arbreslois qui a consacré une grande partie de sa vie à s’occuper des autres : Albert Gonnet dont le nom a été donné à la caserne actuelle , installée rue de Lyon. Espérons que la nouvelle conservera toujours son nom afin qu’il ne tombe pas dans l’oubliettes du temps, si ingrate pour les hommes exceptionnels de bonne volonté.

Cette revue se termine par la seconde et dernière partie de « Nuelles 14 18 » rédigé par Jean Paul Missire. qui a effectué un travail de recherche important sur les Nuellois morts au cours des combats de la Première Guerre mondiale.

Bonne lecture à tous selon la formule consacrée.

Daniel Broutier

Découvrir la publication

Arborosa n°40

Dans ce numéros encore de belles découvertes régionales historiques.

La chapelle portative de l’abbé Coquereau va retrouver sa vitrine blindée dans l’Espace Découverte du Pays de L’Arbresle, sous peu. Elle a fait partie du voyage de Saint Hélène , dans les bagages de notre abbé, officiellement chargé des cérémonies religieuses lors de la translation des cendres de Napoléon en France, en 1840. Nous avons profité de cet événement pour faire un point de nos connaissances sur l’Empereur, sa famille et plus particulièrement du cardinal Fesch, son oncle, archevêque de Lyon et des relations, bien sûr ténues mais existente, qu’ils ont eu avec le Pays de L’Arbresle.

A cette occasion, nous avons édité un « Dossier d’Arborosa » au sujet de l’histoire de cette chapelle portative et disponible dans les points de vente habituels du pays.

M Combe de Lentilly nous a offert de publier un article sur l’ancien chemin de Sain Bel à Lyon tant à l’époque romaine que médiévale où vous serez surpris d’y découvrir des hypothèses et des argumentations richement étayées sur ses tracés et ses « liens » avec la voie d’Aquitaine, la Via Francisca et la voie royale du Bourbonnais.

Un personnage énigmatique : le colosse de L’Arbresle fut, au XIXème siècle, un des plus grand lutteur de la région et sa redécouverte a donné un prétexte à M Degorgues pour retracer l’histoire de cette activité sportive dans l’histoire et plus particulièrement à Lyon et dans la région lyonnaise .

Dans ce numéro 40, à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous publions la première partie du résultat des recherches minutieuses de M Jean Paul Missire au sujet des Poilus Nuellois décédés au cours de la Grande Guerre et dont le souvenir subsiste, si ce n’est dans les mémoires au moins sur le monument aux morts de cette commune.

Cette revue s’achève sur les premiers commentaires de la Franchise abbatiale de L’Arbresle, St Germain, Chessy et le Breuil datée de 1341 et qui vient d’être traduite par l’Ecole des Chartes. Nous y découvrons les rapports économiques entre les moines de Savigny et les habitants de ces paroisses.

Le Grappa (Groupement de Recherche Active des Associations du Patrimoine du Pays de L’Arbresle) gestionnaire d’Arborosa, travaille activement à la rédaction de deux numéros spéciaux d’Arborosa , un premier sur le chanvre dans le pays de L’Arbresle et un second sur l’histoire de la voie royale encore dénommée : le Grand Chemin, la route du Bourbonnais, la route de Paris à Menton qui est devenue sous le premier Empire la RN7 de Paris à Rome.

 

Découvrir la publication

Film : Les personnages célèbres de L'Arbresle

Bande annonce

Découvrir la publication