blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possède 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dès 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évêque de Durham, Robert de Stichill meurt à Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  présidé par le pape Grégoire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel Paléologue, empereur de Byzance, les membres du clergé grec  ainsi que 500 évêques, 60 abbés (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainé, fut prénommé Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Dernières publications

Arborosa n°39


Film : Les personnages célèbres de L'Arbresle


Arborosa n°38


Hommage aux Poilus Breslois


Arborosa n°37


La Saga Mangini

Lorsque l’on évoque des patrimoines de la région : La Pérollière, le Château des Halles… , lorsque l’on évoque des événements, comme l’arrivée du chemin de fer, lorsque l’on évoque des élus qui ont représenté l’ouest lyonnais, un nom revient toujours : les Mangini !

Et si l’on ajoute des noms comme Seguin, Gensoul, Bérard, Gallavardin… tous des proches des Mangini, on comprendra que nous nous devions d’en parler. Une façon aussi pour nous de rendre hommage à celui qui a tant fait pour qu’ils ne soient pas oubliés : Maurice Berthault.

 

 I – LA FAMILLE MANGINI

Lazare Mangini – (1802-1869)

Lazare Mangini est né à Torriglia, duché de Gênes, en 1802, d'un père chaudronnier fondeur. Emigré en France, il apparaît dans la région vers 1829. En 1832, Lazare épouse une orpheline lyonnaise, Louise Rolland (1814-1887). qui lui donne quatre enfants : deux garçons, Lucien et Félix qui épousera Paula Seguin, 17ème enfant de Marc Seguin (qui en avait eu 19 au cours de ses deux mariages successifs), et deux filles, Marie et Félicie qui épousera Augustin le 14ème enfant de Marc Seguin. De la collaboration professionnelle entre Lazare Mangini et Marc Seguin naissait ainsi un lien familial entre les deux familles.

Lazare Mangini  est naturalisé Français en 1847. Il a fait la connaissance de Marc Seguin, petit-neveu des frères Montgolfier. Après les ponts suspendus et la navigation à vapeur, Marc Seguin s'intéresse aux chemins de fer et a installé ses ateliers dans le quartier Perrache.

Deux grands entrepreneurs

Lazare Mangini se révèle vite un grand entrepreneur de travaux publics et participe à la construction de la ligne de Lyon à Saint-Etienne inaugurée en 1832 ; Il contribua aussi à la mise en place du Chemin de fer Paris-Versailles par la Rive Gauche ou encore du chemin de fer Toulon-Nice.

Sur la ligne de Lyon à Saint-Etienne concédée en 1826 à MM. Seguin Frères, Biot et Cie, Lazare Mangini a procédé, pour cette Compagnie, au percement du tunnel de la Mulatière, à Sainte-Foy-les-Lyon. D'une longueur de 400 mètres environ, l'ouvrage est en alignement avec le nouveau pont de la Mulatière construit aussi pour cette même ligne, et sur lequel il débouche.

   Tunnel de la Mulatière

Lazare Mangini se consacre ensuite, d'une part à des activités minières, extracteur de houille à Sainte-Foy-l'Argentière puis en Saône-et-Loire dans les mines de Longpendu, d'autre part à des activités ferroviaires, dont le percement à Lyon du tunnel Saint-Irénée permettant de relier les lignes Paris-Lyon et Lyon-Marseille.

Les deux fils de Lazare Mangini :

Lucien et Félix vont s'attacher à perpétuer l'oeuvre de leur père en prenant la tête de la Compagnie des Dombes et des Chemins de fer du Sud-Est pour équiper la région en lignes de chemin de fer. Parallèlement ils s'associent avec Augustin Seguin dans la Société Anonyme des Chantiers de la Buire pour fabriquer une partie du matériel roulant nécessaire. En 1867, cette entreprise emploie 1650 personnes !

Lazare et ses enfants, Lucien et Félix,  furent de formidables entrepreneurs qui prendront une part croissante dans le développement de l'industrie lyonnaise.

Louis dit Lucien – (1833-1900)

 

Il épousa en 1861 Anne-Julie Gensoul  (1843-1917) dont le père Joseph Gensoul (1797-1858) a marqué son temps. Ils vivaient fréquemment dans les Monts du Lyonnais. A Meys, la place Mangini, la cure, un vitrail, l'ancienne école de garçons, les fermes Mangini…, autant de souvenirs laissés par cet homme remarquable, riche et généreux. Mais qui était-il?

Après avoir été élève au Séminaire de l'Argentière, Lucien prendra avec son frère Félix, ingénieur également, la suite des affaires paternelles.

Lucien Mangini ne fut pas seulement un ingénieur entreprenant. Il fut également un homme politique, très représentatif des républicains de cette fin de siècle. Il sera élu conseiller général du canton de Saint-Symphorien sur Coise de 1866 à 1877, député en 1870, puis sénateur de 1876 à 1882, enfin maire des Halles de 1863 à sa mort, le 27 août 1900.

Ayant hérité de son père de plusieurs domaines à Meys, il y fit de nombreuses acquisitions. Il tentera sans succès, de nouvelles recherches de houille, à la Bégatière, où il installa une machine à vapeur et une forge en 1872. La cheminée fut détruite vers 1885, mais le puits existe encore.

A la tête d'une fortune immense (château aux Halles, construit vers 1880, château à Cannes, propriété en Loire-Atlantique…).

Il fera bénéficier Meys de sa générosité : cession de terrain pour agrandir la place en 1878, don du bâtiment pour l'école de garçons (cantine actuelle) en 1884, don d'un bâtiment en construction pour servir de presbytère en 1893. Multiples dons pour aménager et réparer l'église, sous la houlette de l'Abbé Goutard. Le nom de Mangini demeure familier chez les Meysards, et son évocation, empreinte de respect et de reconnaissance. Comme on le verra plus loin, son épouse, devenue veuve, légua la belle propriété des Halles (90 hectares) aux Hospices civils de Lyon.

Lucien Mangini, meurt en son château des Halles le 27 août 1900. Il est âgé de 67 ans. La population des Halles est sous le choc ; certes, il était souvent absent du Conseil Municipal mais il s'était montré si généreux envers sa commune ; la population offre à sa famille une concession au cimetière des Halles, mais Lucien avait manifesté le désir de reposer au cimetière voisin de Saint-Genis-l'Argentière près de ses parents, sa sœur Félicie et ses quatre enfants déjà décédés.

Les enfants

Anne-Julie Gensoul, lui donna cinq enfants dont trois moururent jeunes. Les deux survivants Lazare et Louis Henri eurent un destin tragique.

Lazare – (1864-1894)

En 1894, Lazare, ancien élève de l'école Polytechnique, officier du génie maritime, décède accidentellement à Rochefort à la suite de l'explosion d'une machine lors des essais d'un torpilleur. Deux contre-torpilleurs baptisés Mangini honoreront sa mémoire.

     Le second contre-torpilleur Mangini, construit à partir de 1910, aux chantiers Schneider du "Petit Creusot" à Chalon sur Saône, lancé en 1913, a participé à la guerre 1914-1918; rayé des listes de la flotte en 1933 (longueur 78,5 mètres)

 Seuls les enfants de Lazare perpétuèrent la lignée : Paul et Henri.

Louis-Henri – (1876-1901)

 

En 1894, Lucien Mangini avait voulu calmer la turbulence de ce dernier fils en l'intégrant dans une mission scientifique qu'il finançait pour le compte du Ministère de l'Instruction Publique : celle de l'explorateur Jean Chaffanjon.

En 1894, Jean Chaffanjon, Louis Gay et Henri Mangini quittent la France. Pendant deux années, avec une pause hivernale de quelques mois à Irkouskt, ils vont explorer L'Asie Centrale et Septentrionale dont la Mongolie encore sous domination chinoise...

Les résultats scientifiques de cette exploration sont une véritable moisson géographique, archéologique, anthropologique, ethnographique, zoologique, botanique, géologique. De nouvelles routes, inconnues en Europe seront reconnues. Un herbier de 10.000 échantillons a été réalisé par Louis Gay.

Henri Mangini, chargé de la zoologie, ramène, entre autres, les premiers crânes de ces chevaux sauvages que le colonel Przewalski vient de redécouvrir en 1881 alors que tous les zoologistes les croyaient éteints depuis la Préhistoire... Une multitude de caisses, dont certaines contiennent des animaux vivants, sont débarquées à Marseille. Louis et Henri restent dans cette ville pour surveiller le bon déroulement des opérations.

 Louis Gay (1870 - 1943),  botaniste, photographe... Né dans la Drôme, ce fils de paysan va grandir au château des Halles, propriété de la famille Mangini où sa mère est femme de chambre. Ami d'enfance d'Henri Mangini - cette amitié ne se rompra jamais - le jeune Louis, aidé par la famille Mangini, étudie à l'école d'Horticulture de Versailles pour devenir architecte paysagiste.

Henri repartit ensuite, avec son ami, établir un comptoir commercial à Blagovechtchensk (Sibérie) où leurs affaires ne marchèrent pas très bien. L'aventure sibérienne prend fin en 1902 suite au décès accidentel d'Henri son ami de toujours ; c'est lors d'un retour en France qu'il se tua au volant de sa première voiture, près d'Angers, le 27 février 1901. Trois semaines avant, il avait par testament délivré plusieurs legs particuliers dont un de 50 000 francs au Bureau d'aide sociale de la commune des Halles et institué pour légataires universels de sa part d'héritage ses deux neveux : Paul et Henri, encore mineurs. Louis devenu vigneron, finira sa vie à Fresnes-sur-Loire où il est enterré.

Félix  (1836-1902)

 

Félix Mangini a été dans toute la force du terme un homme de bien. C'était une grande et originale figure d'homme de travail et d'homme bienfaisant. Soit dans sa profession, soit dans la poursuite de l'intérêt général, il a su sortir des sentiers battus et marquer tout ce qu'il a fait d'une forte et particulière empreinte.

Après s'être préparé à la carrière qu'il devait embrasser par de sérieuses études scientifiques, achevées à l'École des Mines de Paris, où il entra en 1857 et dont il sortit en 1860, après avoir acquis le titre d'ingénieur civil, Félix Mangini s'associa à son père et à son frère Lucien, d'abord dans des exploitations de houillères, ensuite dans leur oeuvre principale de constructeurs de chemins de fer. Là, Félix Mangini recueillait les enseignements et les traditions de Marc Seguin, l'homme de génie qui a été le créateur des chemins de fer en France, et dont il avait épousé la fille Marie-Pauline dite Paula. Mais son frère, homme si remarquable et lui-même venaient y ajouter leurs idées et le fruit de leurs observations personnelles.

Toute leur méthode pouvait se résumer en ces mots : établir à moindres frais les chemins de fer, mettre plus de liberté et de pratique commerciale dans la direction et l'exploitation ; faire de la décentralisation en matière de transports par voie ferrée. Telle a été l'oeuvre magistrale et bienfaisante accomplie par Lucien et Félix Mangini dans la Compagnie des Dombes et du Sud-Est dont les deux frères, en un exemple unique, furent à la fois les ingénieurs, les constructeurs et les administrateurs.

Après la cession de la Compagnie des Dombes à la Compagnie Paris Lyon Méditerranée, Félix Mangini se retira plus tôt qu'il ne l'eût voulu d'une profession qu'il aimait et dans laquelle il eût souhaité appliquer plus largement des idées fécondes. Cependant il avait déjà travaillé près de trente ans et arrivait à l'âge où d'autres n'auraient aspiré qu'au repos avec une fortune si dignement acquise. Une vie nouvelle au contraire s'ouvrait devant lui pour obéir à son idée maîtresse qui était d'aider ceux qui vivent de leur salaire en leur donnant les moyens d'être prévoyants. Ayant achevé de travailler pour lui-même, il a voulu consacrer aux autres, c'est-à-dire au bien sous toutes ses formes, les années qu'il lui restait encore à vivre.

Félix Mangini était partout et devait posséder parmi ses multiples talents, celui de bien gérer son temps. Il était :

  • Membre de la Chambre de Commerce de Lyon
  • Administrateur des Hospices Civils de Lyon
  • Président de la Caisse d'Epargne de Lyon
  • Président de la Société des Amis de l'Université de Lyon
  • Conseiller général du Rhône pour le Canton de Saint Laurent de Chamousset (1867-1871)
  • Maire de la commune de Saint-Pierre-la-Palud pendant 38 ans (1864-1902)

Il est inhumé dans le caveau familial au cimetière de Saint-Pierre-la-Palud. Un monument, inauguré en 1907 par son ami Emile Loubet, ancien Président de la République, dans les jardins de la Préfecture à Lyon, rappelle sa mémoire.

Félix Mangini eut cinq enfants :

  • Marc qui succéda à son père comme maire de St Pierre la Palud.
  • Lucie décédée de la tuberculose à 21 ans
  • Hélène, qui épousa Léon Bérard créateur en France du deuxième centre anticancéreux. Il fit construire en 1903, près de La Pérollière, demeure de son beau-père, une villa appelée "Chalet Félix"; résidence d'été de la famille
  • Louise, qui épousa le cardiologue Louis Gallavardin.
  • Lucien-Lazare, son dernier fils interne des hôpitaux de Lyon (1910) qui soutient en 1915 une thèse sur les "Hémorragies de l’œil par blessure de guerre". Médecin aide-major au 147ème R.I., il est tué à Douaumont le 18 avril 1916 à l’âge de 29 ans. Il laisse une veuve, médecin. Par testament, il donne une grande partie de sa fortune à des oeuvres charitables. Il a reçu la Croix de guerre à titre posthume, est Chevalier de la Légion d’Honneur, et fait l’objet d’une élogieuse citation (J.O. du 27 novembre 1919) : "Est mort glorieusement à son poste de secours à 200 mètres des lignes ennemies".

Les deux filles de Lazare Mangini

Marie-Félicie dite Marie (1839-1923) épousera Louis Charles Balaÿ, (1828-1891) qui fut maire de la commune de Saint Genis l’Argentière, de 1865 à 1872.

Ils eurent 6 enfants :

Félicie Marie Célestine, dite Félicie (1843-1872), mariée avec Augustin Seguin, (1841-1904).

Ils eurent quatre enfants dont :

II - LA COMPAGNIE DES DOMBES ET DES CHEMINS DE FER DU SUD EST (DSE)

(APPELÉE PLUS SIMPLEMENT COMPAGNIE DES DOMBES)

Lazare Mangini et ses fils, parmi leurs multiples activités industrielles, s’intéressèrent plus particulièrement au chemin de fer. Le territoire français, en cette fin du XIXème siècle, était progressivement maillé de nouvelles lignes.

L'activité professionnelle de la famille Mangini se situe dans le prolongement de celle de Marc Seguin; d'abord associés avec leur père au sein de la société "Lazare Mangini et fils", ils créent après le décès de celui-ci en 1869, la " Compagnie des Dombes et des chemins de fer du Sud-Est " avec laquelle ils vont réaliser dans le Rhône et les départements voisins un réseau secondaire régional de chemins de fer de 428 Km, dont la ligne de Lyon-Saint-Paul à Montbrison.

CHRONOLOGIE

1864

 

Création de la "Compagnie de la Dombes" pour construire la ligne Sathonay-Bourg en Bresse et assainir la Dombes par le desséchement de 6000 hectares d'étangs; à partir de ce projet lancé par d'autres, Lucien et Félix Mangini, actionnaires majoritaires, en assureront la réalisation.

1866

 

Afin de bénéficier de la loi du 12 juillet 1865 sur les chemins de fer d'intérêt local (CFIL), création de la Société "Lazare Mangini et Fils"; celle-ci obtient la concession de cinq lignes (deux en Saône-et-Loire et trois dans l'Ain)

Cette même année, création, par les frères Mangini, de la "Société des Chantiers de la Buire" à Lyon, pour construire leur matériel roulant

1869

Création de la "Compagnie des Dombes et des chemins de fer du Sud-Est" (dite plus simplement Compagnie DSE ou Compagnie des Dombes), par fusion de la Compagnie de la Dombes avec les chantiers de la Buire (Président Lucien Mangini, administrateur délégué Félix Mangini); Lazare Mangini est décédé début 1869;

1872

La Compagnie DSE est substituée aux précédents concessionnaires et obtient de nouvelles concessions

 

Ensemble du réseau, fin 1883, avec dates de mise en service

1866

Sathonay-Bourg

1870

Mâcon-Paray le Monial

1871

Chalon-sur-Saône-Lons le Saunier

1875

Ambérieu-Montalieu

1876

Lyon-Montbrison

1877

Bourg-La Cluse

1878

Bourg-Saint Germain du Plain (sur la ligne Chalon-Lons)

1882

La Cluse-Bellegarde sur Valserine et Sathonay-Trévoux

1883

(en construction) : Sathonay-Lyon St Clair

Toutes ces lignes ayant été construites avec un souci d'économie, la Cie DSE se porte plutôt bien, (ce qui n'est pas le cas de tous les réseaux de lignes secondaires), et devient un concurrent pour la puissante compagnie du PLM. Celle-ci impose d'ailleurs ses conditions à la Compagnie des Dombes pour l'implantation des gares communes avec son réseau, et faisait souvent traîner en longueur, ce qui avait fait dire que les initiales PLM signifiaient "Prudence, Lenteur et Modération" !

Mais à partir de 1878, la loi Freycinet, du nom du ministre des transports du moment, prévoit de reclasser les lignes d'intérêt local à écartement normal dans le réseau général pour permettre leurs rachats par l'Etat, et les faire exploiter par les grandes compagnies. Les frères Mangini, alors en position de force, refusent d'abord l'offre du PLM. Mais craignant d'être racheté par l'Etat à des conditions désavantageuses, un rapprochement s'effectue avec le PLM. Un contrat est signé en Juillet 1881. Le traité de vente définitif est approuvé en mai 1883, et mis en application au 1er janvier 1884, date à laquelle les lignes DSE sont reclassées d'intérêt général, et exploitées par le PLM.

La cession de ce réseau à la compagnie PLM (Paris à Lyon et à la Méditerranée) leur apportera en 1884, sous forme d'obligations, un revenu substantiel auquel viendra s'ajouter à la même époque la liquidation de la succession paternelle.

Voici en quelques lignes, un résumé de l'histoire de la Compagnie des Dombes et du Sud Est, dont le nom, s'il n'a pas marqué beaucoup l'histoire, a laissé cependant quelques traces. Ainsi, à Chalon-sur-Saône, le pont du chemin de fer qui traverse la Saône s'appelle le pont des Dombes. A Lons-le-Saunier, la gare de marchandises a gardé le surnom de la gare des Dombes. Et près de 130 ans après leurs constructions, les bâtiments à l'architecture caractéristique de la Cie des Dombes, que ce soient les bâtiments voyageurs, halles marchandises ou maisonnettes de passages à niveau, sont toujours présents.

La  ligne Lyon-Montbrison

Elle faisait partie d'un projet ambitieux Lyon-Bordeaux, de 1863, qui ne fut jamais réalisé. Confié aux frères Mangini, le projet Lyon-Montbrison, de 21 millions de francs, avec 12 de l'Etat et 2 du Département, sera mis en chantier en décembre 1870.

Une telle construction posait une multitude de problèmes qu’il fallait régler avant le début des travaux. A titre d’exemple, à Meys, en 1871, 88 parcelles seront expropriées. En 1873, lors de l'enquête sur les stations de la ligne,  Meys sera très satisfaite, mais Haute-Rivoire protestera

Ce n'est que le 17 janvier 1876, après 6 ans de travaux gigantesques (2 viaducs, 40 ponts, 6 tunnels, 12 déviations de la Brévenne, celles de nombreux chemins…), employant 1800 ouvriers en décembre 1873, qu'un service de 19 trains est mis en place sur les 80 km de la ligne.

Le trafic va s'intensifier dans la vallée: charbon de Sainte-Foy, chaux de l'Arbresle, produits fermiers ou artisanaux et voyageurs, bien entendu. De nombreux charrois faisaient l'aller-retour du bourg à la gare, sans compter les convois de bétail.

Si la population appréciait ce nouveau mode de transport, certains riverains furent récalcitrants ou imprudents; ainsi, un sieur Thollet fut condamné à trois reprises pour bris de clôture et introduction d'un cheval et de vaches sur la voie.

La vie de la ligne - Chronologie

Le 19 juin 1868 : déclaration d'utilité publique de la ligne de Lyon à Montbrison     
Le 16 octobre 1869 : concession de la ligne à MM. Lucien et Félix Mangini
Le 7 mai 1872 : décret autorisant la substitution de la Compagnie des Dombes et des Chemins de fer du Sud-Est à la Compagnie des Dombes (Sathonay-Bourg) et à Lucien et Félix Mangini ( Lyon-Montbrison)
Le 10 novembre 1873 : ouverture de la section L'Arbresle-Sain Bel         
Le 17 janvier 1876 : ouverture des sections Sain Bel-Montbrison et L'Arbresle-Lyon
1877 : pose d'une deuxième voie entre Lyon et Cjarbonnières
1884 : la Cie PLM prend possession du réseau de la Cie DES
1938 : création de la SNCF – fermeture du service voyageurs entre Montbrison et Ste-Foy l'Argentière (sections déclassées par étapes entre 1941 et 1964)
1955 : fermeture du service voyageurs entre Ste-Foy-l'Argentière et l'Arbresle (maintien du       service marchandises pour la desserte des carrières)
 
 
1989 : création du "train de l'évasion" : chemin de fer touristique de la Brévenne, les dimanches d'été entre l'Arbresle et Ste-Foy-l'Argentière
1991 : rétablissement du service voyageurs entre l'Arbresle et Sain Bel (en liaison avec l'ouverture à Lyon de la ligne D du métro)
2010 : achèvement de l'électrification de la ligne jusqu'à Sain Bel
2012 : Mise en service du "Tram-Train" de Lyon Saint Paul à Sain Bel
   

Le tracé à l'origine : 20 stations

KM
STATION
0,0
Lyon Saint Paul
1,9
Vaise
4,1
La Demi Lune
5,7
Tassin
8,7
Charbonnières
11,4
La Tour de Salvagny
16,0
Lentilly
18,7
Fleurieux-Lozanne
22,7
L'Arbresle
25,5
Sain Bel
30,2
Bessenay
33,7
La Giraudière
42,1
Ste Foy l'Argentière
49,5
Meys
52,6
Chazelles sur Lyon
60,0
Bellegarde en Forez
63,9
Montrond les Bains
66,5
Cerizet
71,5
Grézieu le Fromental
78,0
Montbrison

 

 
   
A Gauche, la gare des Dombes (démolie en 1996); au centre la gare du Bourbonnais

Avec la ligne Lyon Perrache – Roanne et au-delà, dite ligne du Bourbonnais, l’Arbresle a eu ainsi pendant un certain temps le privilège d’avoir deux voies ferrées qui se côtoyaient, et deux gares, celle du Bourbonnais et celle des Dombes.

 

III - LE DOMAINE DE LA PEROLLIERE

Texte tiré du guide de visite rédigé par Maurice Berthault

Le domaine de La Pérollière est très ancien ; il fut un fief de l'Abbaye voisine de Savigny, aujourd'hui disparue ; il est déjà cité dans un acte notarié date de 1711 ; plusieurs de ses propriétaires successifs sont liés à l’exploitation des anciennes mines dites de Sain-Bel.

 Les bâtiments de ferme étaient de la même facture architecturale que la maison principale

Le domaine était autrefois situé sur la seule paroisse de Saint-Pierre-La-Palud. Une partie côté stade est située sur la commune de Sain-Bel depuis l855, date de l'extension de celle-ci, au détriment de la commune de Saint-Pierre La Palud.

 Lazare Mangini par ses travaux d’entrepreneur achète plusieurs propriétés dans la région, dont le domaine de La Pérollière, en 1861.

 Après la disparition de Lazare, Félix se voit attribuer le domaine de la Pérollière où il démolit l'ancienne demeure et fait construire la "villa" actuelle conçue par l'architecte Gaspard André.

Il fait appel au talentueux architecte lyonnais Gaspard André qui a réalisé entre autres à Lyon le théâtre des Célestins et la fontaine de la Place de Jacobins. Gaspard André fait raser l'ancienne demeure bourgeoise et construire d'abord la ferme en l885, puis le château, achevé en l889. Mangini préfère l'appeler sa ‘’villa’’, dont le style florentin a été influencé par un précédent séjour de l'architecte en Italie. Mangini en fait la résidence d'été de sa famille, il y reçoit ses amis.

 En l942, les héritiers de Félix Mangini ont vendu le domaine de La Pérollière à la Compagnie du Gaz de Lyon, pour y organiser un centre de formation de la jeunesse, sous les auspices du SPDE (Syndicat des Producteurs et Distributeurs de Gaz et d'Electricité du Sud-Est). Depuis l946, année de nationalisation, c'est EDF-GDF qui a assuré, sous plusieurs appellations successives, la formation d'élèves, ses futurs agents, puis leur perfectionnement dans le cadre de la formation continue pour adultes.

Description du domaine

 A la ferme, on remarque les écussons gravés : F.M. 85 (Félix Mangini, l885 année de la construction) Sur l'esplanade ombragée, le petit pavillon octogonal en pierres dorées abritait une volière sur vérin hydraulique. En contrebas du château, la pièce d'eau, après avoir été transformée en piscine pour les élèves, est devenue parking. Il ne subsiste que la grotte artificielle.

Le Château (dit villa)

 
   

 

Le bâtiment du château comprend deux ailes perpendiculaires ouvrant sur une terrasse d'automne. Les encadrements et sculptures en pierre dorée proviennent des anciennes carrières de Glay à Saint-Germain-sur-l'Arbresle. L'occupation des locaux était la suivante :

- Sous-sol: cuisine, laverie, calorifère, repassage, domestiques
- Rez-de-chaussée : bibliothèque et salon de travail, salle de billard dans une aile, salle à manger, galerie, petit et grand salons, dans l'autre aile.
- l er étage : chambres de Monsieur, Madame, enfants, famille et visiteurs
- 2 eme étage : chambre des bonnes et chapelle
- 3 eme étage : atelier de peinture

La décoration à l'extérieur

    Des décorations évoquant la profession : La roue ailée qui figure sur huit frontons extérieurs symbolise le chemin de fer qui "donne des ailes".

    À l'extérieur du château, des décorations évoquant la famille : à l'angle nord-est du château, un écusson avec les lettres M et S entrelacées symbolise la double union des familles Mangini et Seguin.

 Les dates l786-l875 sont celles de la naissance et du décès de Marc Seguin.Les dates l802-l869 sont celles de la naissance et du décès de Lazare Mangini.

 La citation en bas de l'écusson,‘’VIA BREVIOR  EXTENSA VITA’’ (en abrégeant la route, on allonge la vie)  glorifie le chemin de fer, cher à la famille Mangini.

 

À l'entrée du petit salon, sur la terrasse d'automne, on lit cette inscription : « PLM NOBlS HOEC OTIA FECIT » (le PLM nous donna cette tranquillité, ou ce lieu de loisirs). Dans cette citation de Virgile, Gaspard André - qui ne manquait pas d'humour - a tout simplement attribué au PLM, le rôle de Dieu ! Les bustes placés autrefois dans les cinq œils-de-bœuf représentaient les enfants de Félix Mangini. Ils étaient dédiés aux déesses ou divinités Pomona, Flora, Cerealis, Vertumnus et Bacchus.

 La décoration est inspirée par la renaissance italienne ; elle évoque la vie champêtre ; certains détails rappellent la profession et la famille de Félix Mangini. D’autres décorations évoquent la collaboration avec l'architecte : Sous une fenêtre du petit salon, on lit dans un cartouche agrémenté d'un compas et d'une truelle : GD ANDRE DELINEAVIT,FX MANGINI STRUXIT – (Gaspard André a dessiné, Félix Mangini a construit)

    Sur les quatre façades, les quatre signes du zodiaque, surmontés d'une tête de bélier, évoquent la marche des saisons :

Le printemps : signe du taureau, oisillons dans un nid
L'été : signe du lion, lézard au soleil
L'automne : signe du scorpion, grive picorant les raisins
L'hiver : signe du verseau, souris grignotant les réserves

 À l'entrée principale, deux cariatides ; l'une a les bras chargés d'une gerbe d'épis, l'autre a les bras chargés de grappes de raisins.

Décor gravé, en partie supérieure, avec les produits du potager (choux).

 

 Avant d'entrer, remarquez la lettre M (Mangini.) qui orne la ferrure de la porte d'entrée et l'inscription conviviale gravée dans le marbre au dessus de la porte : « PORTA PATENS ESTO NULLl CLAUDATUR HONESTO » (Sois une porte ouverte, ne sois fermée à nul honnête homme). Sur la façade Est, deux bustes féminins, à la poitrine plantureuse, agrémentent la loggia entre les chambres de Madame et de Monsieur.

L’intérieur du château

Hall : - Têtes de bélier - Tête de bœuf ornée de grappes de raisins - Deux vitraux de Lucien Bégule, célèbre maître verrier lyonnais - 

Roue ailée avec l'inscription « BREVIS EST VIA » la voie est courte ou le trajet dure peu), variante de l'inscription qui figure sur certains cadrans solaires : « BREVIS EST VITA » (la vie est  courte).

Rez-de-chaussée :

1ère aile : Petite galerie

- Plafond du couloir peint par le décorateur lyonnais Louis Bardey (scène de la vie animale à la campagne et allégories des arts). - Plafond de la salle de billard également décoré par BARDEY – inscription « L.BARDEY PINXIT » (côté cheminée): scène champêtre, jeux et loisirs,  oiseaux familiers, dragons -  Bibliothèque et salon de travail: boiseries et cheminées sculptées en chêne clair d'Autriche.

2ème aile : Grande Galerie, côté nord 

Elle a été cloisonnée. Elle permettait l'accès à la salle à manger et aux salons. Présence de consoles en chêne (béliers) - Salle à manger : le plafond a été abaissé et une cloison mise en place pour délimiter un couloir. Ce qui explique qu'une partie des peintures signées S.A. Toudouze se trouvent maintenant dans le couloir. Il y avait sur la cheminée le buste de Marc Seguin - Au fond du couloir, les anciens salons ont été cloisonnés en bureaux.

Escaliers :

   Un grand escalier "à la française" permet d'accéder au premier étage.

   Dans le vestiaire des domestiques, il y a un très bel escalier hélicoïdal qui dessert le sous-sol et une pièce à l’étage.

 Un escalier de service dessert les premier et deuxième étages, prolongé par l'escalier qui accède au troisième étage.

 Dans la chapelle, des personnages peints par Jean-Baptiste Poncet, ressemblent curieusement aux occupants de la maison !

La villa de la Pérollière et la ferme on été inscrites, en 1992, à l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques

 Gaspard André (l840-l896)

 Né le l6 mars l840, rue Juiverie dans le vieux Lyon, Gaspard André suivit des études aux Beaux-Arts de Lyon sous la direction, entre autres, d'Antoine-Marie Chenavard, avant de se rendre à Paris dans l'atelier privé de Charles-Auguste Questel puis aux Beaux-Arts. Après un séjour en Italie, l'architecte s'installa à Lyon en l87l. Ses oeuvres majeures à Lyon ou dans les environs sont

  • l'église provisoire de Saint-Joseph (l872),
  • le temple protestant quai de la Guillotière (l872-l884),
  • le Théâtre des Célestins (l873-l877), inauguré le ler août l877 - puis (l880-l88l),
  • la fontaine des Jacobins (l877-l886),
  • l'église pour la paroisse Saint-Joseph (l878-l883).
  • le groupe scolaire de la rue Tronchet (l880-l887).

 On lui doit aussi l'hôtel de ville de Neuilly-sur-Seine (l879-l880) projet pour lequel il obtint le premier prix mais dont il ne put suivre la construction à cause du second chantier des Célestins, l'université ou Athénée de Lausanne (l889-l890) etc. Il est également l'auteur de monuments funéraires et de nombreuses villas.

En l87l-l872, Gaspard André obtint le deuxième prix au concours pour la construction du Théâtre de Genève et, en l893, le quatrième prix pour celui de la reconstruction de l'Opéra-comique de Paris. Il mourut le l2 février l896 à Cannes âgé de seulement 56 ans.

IV – LES FAMILLES ALLIÉES

 Les alliances des Mangini avec d’autres familles, elles aussi célèbres, méritent d’être mentionnées, au moins pour les principales. Les noms évoqués sont connus de tous, et il est juste de citer les actions les plus connues dans les domaines les plus divers.

FAMILLE SEGUIN

Marc Seguin (1786-1875)

 

Marc Seguin était un ingénieur et inventeur français, né le 20 avril 1786 à Annonay en Ardèche et mort le 24 février 1875. Cet homme hors du commun eut 19 enfants et vécut 90 ans. Sa mère était Augustine-Marie-Thérèse de Montgolfier, il est donc par sa mère le petit neveu de Joseph et Etienne Montgolfier les inventeurs des ballons à air chaud.

 Cet homme extraordinaire travailla sur plusieurs chantiers avec l’entrepreneur Lazare Mangini ; mais il fut aussi son ami et les deux familles étaient très unies : il était le beau-père de deux des enfants de Lazare Mangini, Félix et Félicie. Il n’est pas possible ici de citer toutes ses réalisations, toutes ses inventions. Citons seulement les plus représentatives.

Les locomotives

 

 

Inventeur de génie, Il est à l'origine de la deuxième voie de chemin de fer française, Lyon-Saint-Étienne.

Sur cette ligne roulèrent les premières locomotives françaises que Seguin construisit sur une base de locomotive de George Stephenson mais équipée de son invention, la chaudière tubulaire qui sextuplait la puissance développée par ces machines. L'ébullition est provoquée par la circulation de l’air chaud issu du foyer dans des « tubes à feu » traversant le corps de chauffe.

Les ponts suspendus

 

Marc Seguin apporte de nouvelles conceptions en matière de résistance des matériaux. Il  construit son premier pont sur la Cance, petite rivière près d'Annonay en Ardèche, en 1822, il s'agissait d'une passerelle de 18 mètres. Le pont suspendu était connu depuis l'antiquité. Mais on ne connaissait comme support que cordes ou chaînes en fer forgé, ce qui ne permettait de franchir que des rivières étroites.

 Le deuxième pont est construit sur la Galaure, près de Saint-Vallier dans la Drôme, en 1823, sur une longueur de 30 mètres, et une largeur de 1,65 mètre.

Avec le troisième pont, sur le Rhône, entre Tournon et Tain-l'Hermitage, Marc Seguin et ses frères mettent en place le premier grand pont suspendu léger construit en Europe continentale, avec câbles en fils de fer et travées de 85 m, dit la "Passerelle".

Ce type de construction sera le prélude à la construction par les frères Seguin, tant en France qu'à l'étranger de 186 autres ponts suspendus sur le même modèle, Tancarville et le Golden Gate Bridge de San Francisco en 1937, en étant les plus fameux descendants.

 Le transport fluvial

 Utilisant le principe de la chaudière tubulaire, Marc Seguin crée une société de transport fluvial afin d'assurer un service régulier, sur le Rhône, entre Arles et Lyon. Le premier bateau à vapeur le "Voltigeur", sort d'un chantier d'Andance en 1824. Il comporte trois chaudières, munies chacune de quatre-vingts tubes de 4 centimètres de diamètre et de 3 mètres de long, ce bateau fit plusieurs voyages sur le Rhône entre Vienne et Lyon,

 Le chemin de fer Seguin de Saint-Etienne à Lyon

 Le 27 mars 1826, Marc Seguin et ses frères (Camille, Paul et Charles), et Edouard Biot (le fils de Jean-Baptiste Biot de l'Institut) obtiennent l'adjudication de la ligne de chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon pour la "Compagnie du Chemin de Fer de Saint-Etienne à Lyon" au capital de 10 millions de francs, dont les statuts furent approuvés le 7 mars 1827.

 Afin de réaliser la jonction de la Loire au Rhône, le chemin de fer passe dans la vallée accidentée du Gier par Saint-Chamond, Rive-de-Gier et Givors, sur une distance de 58 kilomètres. La "Compagnie du chemin de fer de Saint-Etienne à Lyon" dut acheter quelque neuf cents parcelles de terrains, nécessaires pour la réalisation de la ligne. Ces acquisitions menèrent, pour la plupart, à de coûteuses et parfois dangereuses tractations.

 Augustin Seguin (1841-1904)

 Augustin Seguin est né le 28 août 1841. Il est le premier enfant d'Augustine de Montgolfier, deuxième épouse de Marc Seguin. Il aura lui-même onze enfants dont quatre de son premier

mariage avec Félicie Mangini, fille de Lazare Mangini. En 1866, Augustin devient directeur de la Société Anonyme des Chantiers de la Buire

Ses fils, Louis et Laurent développeront le moteur rotatif HP 50 Gnôme qui sera le premier moteur d'avion "fiable" permettant l'essor de l'aéronautique en tant que moyen de transport. La société Gnôme et Rhône sera cédée par la famille en 1925 et est devenue aujourd'hui la SNECMA.

FAMILLE GENSOUL

 Joseph Gensoul - (1797 1858).

 Joseph Gensoul, beau-père de Lucien Mangini, s’est illustré dans la médecine. Il avait réussi en 1818 le concours de l'Internat des Hôpitaux et en 1822, celui de chirurgien-major de l'Hôtel-Dieu. Après sa thèse de doctorat passée à Paris en 1824 et intitulée " Essai sur la réunion immédiate des plaies après l'amputation des membres ", il prit son poste à Lyon en 1826 et fit preuve d'une grande habileté chirurgicale : ainsi il réussit la première résection totale du maxillaire supérieur effectuée sur Jean Marie Véricel, 17 ans, ouvrier en soie à Saint-Laurent-de-Chamousset, atteint d'une énorme tumeur à la mâchoire.

 Un tableau peint montre J.Gensoul s'interposant courageusement à l'Hôtel-Dieu, entre les insurgés furieux et les militaires blessés, lors des émeutes de 1831 à Lyon.

 Son épouse, Anne-Marie Malmazet, fille d'un administrateur des HCL lui avait donné trois enfants : deux garçons, l'un ingénieur, l'autre avocat et une fille Anne-Julie qui épousa Lucien Mangini

 Pendant ses 20 dernières années, J.Gensoul présida le Conseil d'Administration de l'Hospice des Vieillards de la Guillotière.

 Sa mémoire et celle son père Ferdinand sont honorées à Lyon par la place Gensoul, dans le quartier de Perrache. Il existe également une rue Gensoul à Sainte-Foy-les-Lyon, où

J. Gensoul possédait la propriété du " Signal ".

FAMILLE BALAŸ

 La famille Balaÿ originaire de la Loire, était spécialisée dans la rubanerie et fabrication de la soie.

Louis Balaÿ est né à Saint Etienne en 1828. Il fut maire de St Genis l'Argentière, où il avait installé une fabrique de rubanerie.

En épousant Marie Mangini, il est devenu le gendre de Lazare Mangini. Le couple a eu huit enfants (dont deux morts en bas âge) :

  • Henri Balaÿ (1860-1925), ingénieur chimiste, également maire de St-Genis-l'Argentière. Il épousa Marguerite Gillet
  • Louise Balaÿ (1862-1952) qui épousa son cousin Ferdinand Balaÿ
  • Lucien Balaÿ (1864-1940) qui épousa Simone Verdé de Lisle
  • Félix Balaÿ (1866-1918) qui épousa Lucie Aulois
  • Marie-Louise Balaÿ (1872-1967) devenue épouse de Louis Chatin, futur Conseiller général de la Loire
  • Lazare Balaÿ (1878-1916) qui épousa Hélène Champalle

 Félix Mangini, le fils de Lazare, a été le beau-père de deux grands médecins Léon Bérard et Louis Gallavardin

FAMILLE BÉRARD

Léon Bérard – (1870-1956)

(époux de Hélène Mangini)

    Léon Bérard est l’une des plus grandes figures de la médecine à Lyon : il a été parmi les premiers en France à ouvrir la voie aux traitements modernes du cancer, en combinant chirurgie clinique, radiothérapie  et  chimio-thérapie. Le centre régional de lutte contre le cancer porte aujourd’hui son nom.

Né dans le Jura en 1870, Léon Bérard débute ses études médicales en 1888. En 1892, il devient interne à l’Hôtel-Dieu, alors dirigé par Ollier, le plus fameux chirurgien-major du 19e siècle.

 A l’arrivée de Bérard, le chirurgien Antonin Poncet vient d’ouvrir « la première salle aseptique de France », objet de visite de médecins de Paris, Lille, Bordeaux… Rapidement remarqué pour sa vive intelligence, Léon Bérard devient l’un des élèves préférés d’Antonin Poncet. En 1896, Bérard soutient une thèse sur la thérapeutique chirurgicale du goitre.

 Deux ans plus tard, il devient professeur agrégé à la Faculté de médecine. L’époque est riche en découvertes scientifiques et médicales : l’invention de la radiographie par Röntgen et celle du cinématographe par les frères Lumière datent toutes les deux de 1895 ! Egalement passionné de médecine, Auguste Lumière finance les expériences d’Etienne Destot, pionnier de la radiologie à Lyon

 Durant plusieurs années, Bérard et Destot peuvent ainsi faire de la recherche sur la vascularisation des viscères : ils injectent des sels métalliques opaques aux rayons X dans les pédicules nourriciers des organes et obtiennent de splendides images. En ce temps-là, la spécialisation des chirurgiens est loin d’être une obligation, et Léon Bérard travaille sur plusieurs fronts.

 En 1908, il publie un ‘’Traité de chirurgie du corps thyroïde’, et, en 1914, ‘’L’appendicite, étude clinique et critiques’’, ouvrage de référence co-écrit avec Paul Vignard sur une pathologie alors encore mortelle. Bérard touche à tout : classification des tumeurs osseuses et premiers essais de radiothérapie, neurochirurgie, ostéomalacie infantile… Léon Bérard fut aussi un précurseur en chirurgie thoracique.

FAMILLE GALLAVARDIN

 

Louis Bénédict Gallavardin (1875-1957)

(Epoux de Louise Mangini)

 Médecin, issu d'une vieille famille de Saint-Priest, et d’une famille de médecins. Il a exercé à Lyon, où il s'est rendu célèbre par son étude de l'angine de poitrine.

 Louis Gallavardin a étudié la médecine à la faculté de médecine de Lyon, devenant interne en 1895 et médecin des Hôpitaux de Lyon en 1902. Il a publié 360 articles sur la médecine cardiovasculaire de 1898 à 1945, couvrant l'ensemble du sujet en dehors de malformations congénitales. Jusqu'en 1910, il s'occupait de médecine générale, et après 1910, il a mis l'accent sur la cardiologie.

 Son livre "La tension artérielle en clinique" publié en 1910, fut le texte standard sur la mesure de la pression artérielle. Il a réalisé l'importance de l'électrocardiographie, et publié sur les arythmies, en particulier la tachycardie ventriculaire. Il a décrit un type de sténose aortique qui n'a pas été rhumatismale à l'origine. Il a étudié l’angine de poitrine, et décrit ce syndrome dans ‘’Les Angines de Poitrine’’ en 1925, il a maintenu la conviction que la maladie coronarienne en était la cause.

 Il a fondé une école indépendante de la cardiologie à Lyon à un moment où Louis Henri Vaquez dominait la cardiologie en France.

 Il a également participé à l’action de l’Institut de recherches cardio-vasculaires de Royat : C’est une fondation privée d’origine municipale à direction universitaire qui fut créée en 1946 sous le double patronage de la Société française de cardiologie, présidée alors par lui, et de la Faculté de médecine de Lyon dont le doyen était un éminent physiologiste, Henri Hermann.

 Ce dernier délégua son adjoint, Fernand Jourdan, autre éminent physiologiste, pour assurer la direction de l’Institut qu’il allait conserver pendant une quinzaine d’années.

 Cette vocation physiologiste du laboratoire devait s’épanouir d’autant mieux que le gaz carbonique, élément thérapeutique principal de l’eau de Royat, se prête parfaitement à l’expérimentation physiologique.

 Dans la lignée médicale de la famille Gallavardin, on note :

  • Jean-Pierre Gallavardin (1825-1898)
  • Jules Gallavardin (1872-1917)
  • Emmanuel Gallavardin, (1877-1966)
  • Robert Gallavardin (1913-1952)
  • Léon Gallavardin (1918-1985)
  • et Louis Gallavardin, cardiologue. Il fut Vice-président du 1er Congrès Mondial de Cardiologie en 1950. Chacun avait sa propre spécialité (homéopathe, psychiatre, stomatologue).

 

Bibliographie

- Dynasties Lyonnaises - de Bernadette Angleraud et Isabelle Pellissier - Edition Perrin – 2003

- Un explorateur en Asie Centrale de Michel Vaissier, édition Cheminements, 2005

"Les œuvres charitables ou d'intérêt public de Félix Mangini" par Maurice Berthault

- Bulletin de la Société historique, archéologique et littéraire de Lyon, année 2002, tome XXXII,  Lyon 2004, pages 339 à 360

- Le Château des Halles : du château médiéval au château éclectique" par Maurice Berthault et Gilbert Richaud.

- Actes des journées d'études 2000, St Laurent de Chamousset et sa région, Union des sociétés historiques du Rhône, tome XVII, 2001, pages 81 à 107