blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possède 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dès 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évêque de Durham, Robert de Stichill meurt à Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  présidé par le pape Grégoire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel Paléologue, empereur de Byzance, les membres du clergé grec  ainsi que 500 évêques, 60 abbés (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainé, fut prénommé Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Dernières publications

Arborosa n°40


Film : Les personnages célèbres de L'Arbresle


Arborosa n°39


Hommage aux Poilus Breslois


Arborosa n°38


Pétition pour sauver le Clos Landar, demeure de Maître Philippe

 Le Clos Landar est l'une des plus belles demeures de l'Arbresle, elle surplombe notre commune de toute sa majesté, elle fait partie d'une des pierres de notre "couronne" patrimoniale.

 

     

 

Cette demeure a été depuis fort longtemps l’enjeu de bien des convoitises, bien avant que la commune la rachète en 2005. Depuis, 10 ans se sont presque écoulés et… rien n’a été fait !  

 

Mais retraçons rapidement les principaux événements qui ont emmaillé cette décennie. Rappelons que l’association des Amis du Vieil Arbresle est à l’origine de la prise de conscience progressive de l’importance de sauvegarder la maison de Philippe d’Arbresle, mais les faits parlent d’eux-mêmes.

 

2005-avril, l’office de tourisme et les Amis du Vieil Arbresle se concertent afin de marquer le centenaire de la naissance de Maître Philippe. Le Clos Landar était habité alors par la famille S. Comme il n’était pas possible de laisser rentrer des visiteurs à l’occasion du centenaire, B.I a l’idée de demander à cette famille s’il peut venir prendre des photos qui pourront être montrées lors d’une exposition.

 

11 avril, la famille S reçoit B.I, celui-ci visite la maison, prend des photos, et apprend que la famille S va déménager et que le propriétaire met la propriété en vente.

24 avril, les Amis du Vieil Arbresle décident de prendre contact avec le propriétaire par courrier, pas de réponse de celui-ci.

5 mai, la directrice du pré-inventaire départemental, sur la demande  des Amis du Vieil Arbresle, vient faire un bilan architectural et de datation du Clos Landar.

 

Rapidement les Amis du Vieil Arbresle échafaudent des projets : faire de la maison principale un musée, le parc pouvant être ouvert au public, la cour et les communs devenant des salles de réunion… l’ensemble tourné vers une utilisation à des fins collectives, pour les arbreslois, tout en respectant le patrimoine et ce, en préservant l’ambiance du passé. 

 

17 mai, les Amis du Vieil Arbresle envoient un courrier au maire de l’époque : M Gross   ; l’accueil est positif.

23 septembre, après neuf mois de démarche en tous genre, le Conseil municipal vote à l’unanimité l’achat de la propriété.

30 mai, première des 13 lettres du Clos Landar qu’éditeront les Amis du Vieil Arbresle, pour tenir au courant les personnes intéressées par la sauvegarde de celui-ci.

 

Après étude, sort un projet pharaonique  avec 2000 m2 de salles pour la MJC et une salle de spectacle. A partir de là, et pendant des années, s’en suivra un parcours du combattant, et de multiples imbroglios. Le résultat, l’embourbement total du projet.

 

Rappelons que tout aurait pu être différent. Dés le début, les Amis du Vieil Arbresle avaient proposé de séparer les projets, le premier qui pouvait être réalisé rapidement : le musée des Arbreslois célèbres, et le deuxième : les choix que la municipalité pourrait faire des bâtiments annexes. Ce sage conseil n’a jamais été écouté, et nous constatons avec stupeur que la nouvelle municipalité part sur la même idée : ne faire qu’un projet, hallucinant !

 

2011-avril, Daniel Broutier redevient président de l’association  les Amis du Vieil Arbresle, après des années de vie professionnelle qui l’ont éloigné quelque peu de son cher Arbresle. Il reprend le dossier du Clos Landar et mène plusieurs actions : rendez-vous avec l’adjointe au Patrimoine Historique et avec le maire de l’Arbresle pour exposer les futures orientations en matière de Patrimoine qu’il défendra au sein de l’association. Est ainsi abordé la question du Clos Landar, Daniel Broutier fait deux propositions :

- ne pas toucher le parc ; faire venir un pépiniériste et autres personnes compétentes pour examiner la « santé » des arbres et élaguer tout ce qui a poussé de manière désordonnée et ainsi  lui conserver sa dimension historique.

- relancer le projet de musée des Grands Hommes et création d’un service d’archives historiques de la ville et de ses hommes dans la partie maison de maître de cette propriété.

 

L’adjointe, à cette occasion,  lui demande de rédiger une fiche de la vision du projet des Amis du Vieil Arbresle. Le document est discuté au sein du Bureau de l’association, corrigé et validé lors de la réunion du 07 mai 2011.

 

29 novembre, les Amis du Vieil Arbresle obtiennent enfin une rencontre  avec le maire, M. Pierre-Jean Zanettacci, qui annonce alors le retrait total et définitif du projet précédent (musée, MJC, salles de réunion…), ce retrait voté en conseil municipal. Les Amis du Vieil Arbresle proposent alors de se concentrer uniquement sur le projet du musée, dans la maison principal, et lui parlent d’un partenariat possible avec la fondation du patrimoine, celle-ci devenant le moyen pour collecter des fonds pour les rénovations. L’idée étant de soulager le plus possible la municipalité, donc les arbreslois, de nouvelles dépenses.

 

2012-février, nouvelle réunion en mairie. Réunion d'information sur la  possibilité de monter une campagne de dons avec la Fondation du Patrimoine au profit des travaux dans la maison de maître du Clos Landar. Sont présents à celle-ci, le maire et son adjointe à la culture, Mme Sylvie Duperray, les deux associations (les Amis du Vieil Arbresle et l’Association Maître Philippe), les bâtiments de France et la fondation du patrimoine. Le maire s'engage à parler à sa municipalité de ce partenariat possible avec la fondation du patrimoine (ce qu’il ne fera jamais en Conseil municipal). Il précise qu’il  devient l'interlocuteur de la Fondation du patrimoine (quid de l’adjointe à la culture). Est évoqué également que l'étude d'architecture de réhabilitation pourrait démarrer après les vacances ainsi que la convention tripartie : (municipalité, associations, fondation du patrimoine). Les deux associations s’engagent à financer 30 % de l'étude faite par un architecte du patrimoine.

 

Depuis ce jour rien ne s’est fait de ce qui était promis, bien pire, le nouveau projet de la municipalité nous inquiète au plus au point.

 

Cet article a pu être écrit grâce au travail remarquable de Bernard Isnard, contenu dans le spécial Arborosa : l’histoire du Clos Landar de l’Arbresle, ainsi que des lettres du Clos Landar. Nous n’avons que résumé ici toutes les péripéties de cette histoire, vous les trouverez relatées par le détail dans l’Alborosa cité plus haut, édités par les Amis du Vieil Arbresle.

 

Un point de détail, qui pourtant ne l’est pas, le coût des différentes études commandées à des cabinets d’étude par la municipalité ont couté 125.000 euros aux arbreslois.

 

2014-avril, la nouvelle municipalité est élue.

 

Le nouveau projet de la municipalité : réaliser un pôle hôtelier du Clos Landar, dont un espace dans la maison principal serait peut-être consacré à Monsieur Philippe. Nous ne croyons pas à ces promesses. Comment un financeur privé accepterait une telle contrainte, réservé un espace pour Monsieur Philippe, et puis, ce n’est pas une sous-pente ou un réduit auquel Monsieur Philippe a droit. De plus, qui se chargerait d’ouvrir cet espace, de la  surveillance, de répondre aux questions … Nous venons d’apprendre que dernier conseil municipal de Juillet 2104 a  même annulé ce projet. Le pire, à dix ans d’écart est donc à nouveau à craindre.

Suite à l’enlisement de la situation, un des membres de notre association a proposé la création d’une pétition. Le bureau et le conseil d’administration ont voté à la majorité pour cette proposition.

 

Dans cette pétition nous demandons à la mairie de revenir au projet d’origine : faire du Clos Landar, de la maison principal, la demeure des arbreslois célèbres, dont la plus grande partie sera consacré à Monsieur Philippe.

Si tel est également votre désir, nous nous demandons de bien vouloir signer la pétition dont vous trouverez le lien en page d’accueil et ici : Sauvons le Clos Landar, demeure de Maître Philippe de Lyon.

vidéo youtube

 

Nous avons besoin de votre aide, cette pétition est la dernière solution qui nous reste. N’hésitez pas à en parler autour de vous, à vos amis, relations et connaissances. Nous vous en remercions.