blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possÚde 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dÚs 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évĂȘque de Durham, Robert de Stichill meurt Ă  Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  prĂ©sidĂ© par le pape GrĂ©goire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel PalĂ©ologue, empereur de Byzance, les membres du clergĂ© grec  ainsi que 500 Ă©vĂȘques, 60 abbĂ©s (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainĂ©, fut prĂ©nommĂ© Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Dernières publications

Arborosa n°43


Arborosa n°42


Il Ă©tait une fois la RN7 rhodanienne


Film : Les personnages célÚbres de L'Arbresle


Arborosa n°38


La FĂȘte des Eaux en 1934

Curieuse idĂ©e de cĂ©lĂ©brer une fĂȘte des eaux !

Oui, pour les privilégiés que nous sommes, qui n’ont qu’à tourner un robinet pour obtenir ce liquide indispensable en qui nous avons toute confiance quant à sa potabilité. Il n’en a pas toujours été ainsi, et il y a un siècle tout juste, l’eau des puits, des citernes, des réserves, pouvait se révéler dangereuse. Une épidémie de typhoïde fit 270 malades et 26 morts rien qu’à l’Arbresle . 

  • Dimanche 17 juin 1934 inauguration de la station élévatoire
  • Discours de monsieur Grillet, maire, tête nue dans l’entrée du bâtiment    (photo)
  • Au fond les jardins et le mur de la propriété de M. Raymond 

Le docteur Girard qui fit un travail remarquable au cours de cette épidémies, donna de précieux conseils pour faire en sorte que les habitants aient de l’eau potable chez eux, et le plus tôt possible. Eh bien, il aura fallu plus de 25 ans et quatre maires successifs pour aboutir enfin au début des travaux !

Cela valait bien la peine de fêter cet événement, ce qui fut fait le 17 juin 1934. Mais au-delà de la fête, il y avait surtout pour tous les Arbreslois la possibilité de faire confiance à l’eau dont la potabilité était enfin assurée 

La Grande fête 

Les chroniqueurs de l’époque nous racontent le déroulement de la fête : " Ce matin, à 6 heures, notre charmanteité s'est éveillée aux accents triomphants d'une diane magistralement exécutée par la clique des sapeurs-pompiers, aidés des sociétés de gymnastique qui ont, parcouru les principaux carrefours de la ville.

Après un défilé dans les rues auquel ont assisté M. Grillet, maire, entouré de son conseil, MM. Peissel, député, Nicolas, conseiller général, Daydé, Merlin, Chatelet, Berne, ingénieurs, Fernand, architecte, Damez, avocat et les sociétés locales, le cortège s'est rendu à la Station élévatoire,  rue Claude Terrasse, où M. Grillet a fait l'historique de la réalisation du projet des Eaux, à l'étude depuis 1907 sous la présidence des divers maires. Mrs Rivière, Gentil-Perret et Berrerd, quels que soient les projets étudiés et ensuite abandonnés jusqu'au conseil municipal actuel auquel revient l'honneur de la réalisation.

Les travaux, commencés le 15 avril 1930 se sont poursuivis jusqu’au 1er juillet 1933, date de mise en service. Le devis s'élevait à 1.240.000 francs, mais a été dépassé par suite de l'établissement gratuit des prises accordées aux usagers ayant fait leur demande en temps voulu. Le montant total de la dépense a atteint 1.305.000 francs. A noter que toutes ces dépenses ont été couvertes sans aucune augmentation de centimes additionnels, c’est à dire  sans aggravation de la fiscalité,  déjà trop lourde pour notre commune. En terminant, M. Griilet, maire, émet le souhait que les heurts d'idées et les difficultés découlant des opinions différentes s'aplaniront de plus en plus pour ne laisser subsister qu'une franche et loyale collaboration et il demanda à tous de travailler unis et de tout cœur à l'avenir et à la prospérité de notre belle cité" 

Char  de la Casquette Grand Sport de monsieur 
 André Godard, ici avec ses filles   > 

Le banquet 

Pierre angulaire de la grande manifestation de l’époque, le banquet avait parmi ses missions, de conforter les souhaits du maire. Ce banquet de gourmets, servi au Grand Hôtel, avenue de la Gare, a réuni le conseil municipal, ses invités et les organisateurs de la fête. Au dessert, M. le maire "a remercié tous ceux qui ont collaboré à la réalisation de l'adduction des eaux : M. Peissel, député, pour ses nombreuses démarches au ministère; M. Jard, notre très regretté conseiller général ; M. Nicolas, son successeur, pour leur action incessante à la Préfecture ; il remercie MM Daydé. Merlin, auteurs du projet ; M. Berne, M. Lafont, M. Châtelet et M. Ausicbini, M. Debernardy, collaborateurs des différents adjudicataires, et enfin et surtout M. Merlier, adjoint, et son bras droit, M. Lungèri, qui en cours d'exécution ont surveillé et résolu toutes les multiples petites difficultés, en un mot ont fait vivre et ont animé le projet permettant  sa bonne réalisation par leur inlassable dévouement de tous les instants." 

Le Tour de l’Arbresle à pied 

Les festivités devaient se poursuivre. La course à pied du Tour de L'Arbresle, organisée par l'U.M.S.A. avec le concours du Comité des Fêtes, a obtenu un joli succès. 18 coureurs y prirent part La première place fut enlevée par Thomas, d'Allières, après une course qui ne livra le secret du vainqueur que dans les tout derniers instants. Les athlètes qui. firent la plus belle course furent  Achard, de Jassans-Riottier, classé deuxième, Cordier Jean de Perrigny, et enfin, le jeune espoir Vial,  de l'U.M.S.A., qui obtint la troisième place devant Pourrat, du même club, et gagna ainsi le premier prix du canton, offert par la maison Ducreux-Lafay, vêtements.

 Défilé des chars fleuris 

A 15 heures, un ravissant défilé de chars fleuris a parcouru les rues bien pavoisées de notre cité. Nous avons vu. une gracieuse source jaillissante (M. Gérard), le char de la Natalité (Mme Thomas), le tank de la Teinture (M. Charlet), le char du Bacchus Beaujolais (M. Myssot), le Moulin de la Houille Blanche (M. Martellot), le char de l'Union Gymnique avec ses agrès et ses gymnastes, le char de L’U.M.S.A., ses bannières et ses challenges de la saison, le char du Guignol Lyonnais (Mlle Jourdan), !e cygne (M. Dusserre), le char de T.S.F. Philips (Lièvre), le char de l'Indéfrisable (Mme Dutour), le char de la Casquette Grand Sport (M. Godard), le char des Mitrons Arbreslois (M. Gauthier), le char de la Hutte Feuillée, abri des Musiciens (M. Plasse).

 

La journée devait se terminer le soir, par un grand bal. place de l'Ancienne Mairie, (actuelle place de la République).