blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possède 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dès 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évêque de Durham, Robert de Stichill meurt à Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  prĂ©sidĂ© par le pape GrĂ©goire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel PalĂ©ologue, empereur de Byzance, les membres du clergĂ© grec  ainsi que 500 Ă©vĂŞques, 60 abbĂ©s (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainĂ©, fut prĂ©nommĂ© Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Dernières publications

Arborosa n°40


Film : Les personnages célèbres de L'Arbresle


Arborosa n°39


Hommage aux Poilus Breslois


Arborosa n°38


Les moulins de L'Arbresle

 Sur la seule commune de l’Arbresle ont existé quatre moulins à blé, auxquels il faut ajouter des battoirs à chanvre.
Sur la Turdine on compte trois moulins :
D’aval en amont :
1 - Le moulin « seigneurial »  (Martinière, Bellot, Jean Perret, Pierre Pein en 1646, Pierre Matelin en 1744, Perrin en 1873, Malosse jusqu’en 1975)
2 - Le moulin « Dumas »  (Gantillon en 1668, Jean  Magat, les héritiers de Jean Magat en 1705,  Claret de Fleurieu en 1710,  Dumas en 1737, Chanel en 1862).
3 - Le moulin « Valous » (Berthier en 1862)
Sur la Brévenne, un moulin :
4/ Le moulin de la Court

I - Moulin seigneurial  (rive droite de la Turdine)

Ce moulin était situé en-dessous du château de l’Arbresle à peu de distance du confluent ou la Turdine se jette dans la Brévenne. Les bâtiments existent encore transformés en habitation.
Le plan de l’Arbresle de 1750 montre l’emplacement du moulin et du battoir à chanvre

                   
Très ancien, ce moulin a fonctionné jusqu’en 1975 : « Moulin Malosse ». En 1590, il appartenait  à Jean de la Martinière, propriétaire du Muzard à St- Germain. Ensuite à un « sieur Bellot », puis Jean Perret qui le vend à son tour en 1646  à Pierre Pein, marchand « bolangier » de l’Arbresle.
5 août 1646 - Vente par le sieur Jean Perret d’un moulin à Sieur Pierre Pein marchand bolangier de l’Arbresle (ADR 8 B 975) , « moyennant la somme de 1800 livres tournois à payer à la saint Martin prochaine » (11 novembre).

L’acte de vente écrit sur parchemin détaille les biens vendus et chose assez rare un dessin sur l’angle supérieur gauche accompagne le texte.


En-tête del’acte de vente
Sur l’en-tête et dans un soleil les lettres IHS (Jesus Hominum Salvator) et MRA (Marie), une croix et une fleur. Un cœur percé des trois clous de la crucifixion ; Sur le pourtour l’inscription : sit nomen domini benedictum ?? sola soli . similima qui peut se traduire par « Qu’il soit le nom du seigneur, béni. Elle seule (Marie ?) est semblable au soleil ».


En haut à droite la lettrine A (début de la phrase : A tous ceux qui ces présentes.. ), est formée de deux branches qui entourent les armes parlantes de l’Arbresle : un arbre et deux étoiles. Du pont « sappéon » débouche la ...



Retrouvez cet article et bien d'autres dans Arborosa Numéro 8

La publication est en vente.

Pour l'acheter, remplissez le bon de commande