blason arbresle
Accueil >> Les Publications >> Arborosa

Arborosa n°39

Vous pouvez vous le procurer à l'Arbresle:

-à la Maison de la Presse rue C De Gaulle

-au Super U Culture de la Zone d'activité des Martinets 

et à Sain Bel au Tabac-presse.

Ce numéro préparé par plusieurs associations historiques du Pays de L’Arbresle sort pour la première fois sous l’égide du Graappa (Groupement de Recherche Active des Associations du Patrimoine du Pays de L’Arbresle). Le Graappa est association de fait, pour le moment, qui s’est fixée pour objectifs de créer des synergiques au niveau locale dans le domaine de l’histoire et du patrimoine. 

Dans ce numéro 39, de la rentrée automnale de 2016, les rédacteurs de la revue vous feront à nouveau découvrir des aspects, souvent méconnus de notre histoire du pays de l’Arbresle. 

Saviez vous que les mines de baryte étaient nombreuses en Beaujolais et Lyonnais et que l’Arbresle possédait à la fin du XIXème siècle une usine de  transformation de ce minerai ; mais à quoi peut bien servir la baryte ?

M Chermette de St Clément sous Valsonne nous a rapporté l’histoire succincte de leur mine de baryte et de l’accident qui a manqué de coûter la vie à quatre mineurs de ce village, en 1944.

L’Arbresle a vu naitre un fondateur de banque et le patron des guides touristiques Pol: Francisque Bérerd.

M Réguillon de Bessenay nous raconte l’histoire des filleuls de Napoléon III du pays de l’Arbresle.

L’auberge médiévale des Trois Maures présente en couverture  de ce numéro est un clin d’œil à l’article de M Forissier sur son état de délabrement au XIXème siècle.

Toujours par Pierre Forissier , vous découvrirez les mesures utilisées, dans la région, avant la Révolution, bien avant l’arrivée du système métrique qui nous a bien simplifié la vie. 

M Gelly, membre de la Drac qui a participé bénévolement à la réalisation du film sur L’Arbresle et qui nous a commenté les pierres préhistoriques ramassées par Pierre Pin, ancien viticulteur de Nuelles, pendant plus d’un demi siècle, nous a fait l’honneur de nous rédiger ces conclusions sur  les plus belles de ces pièces.

Nous terminerons ce numéro sur la légende des chevaliers de l’Arbresle, légende qui remonte à la guerre de cent ans mais qui n’est pas dénuée d’intérêt car comme chacun le sais , les légendes ont toujours un fondement qu’il reste à découvrir.

Découvrir la publication

Film : Les personnages célèbres de L'Arbresle

Bande annonce

Découvrir la publication

Arborosa n°38

Vous pouvez vous le procurer à l'Arbresle:

-à la Maison de la Presse rue C De Gaulle

-au Super U Culture de la Zone d'activité des Martinets 

et à Sain Bel au Tabac-presse.

Ce numéro apporte une fois de plus des informations précieuses sur des pans entiers de notre histoire régionale. Après les fêtes des « 1200 de l’abbaye de Savigny », organisées par l’association « Savigny patrimoine d’hier et de demain », qui a rencontré un fort écho dans le pays et même au-delà, nous ne pouvions pas ignorer l’exposition des « châteaux de l’abbaye » qui nous apporte des renseignements sur leur importance et nous pousse à redécouvrir ce que nos ancêtres nous ont laissé et qui est encore visible de nos jours.

Un article sur le méreau de Savigny, complète cette connaissance de l’abbaye et nous apprend que les abbés frappaient monnaie, pendant une période du Moyen-Àge.

Toujours dans ces époques lointaines, l’article sur les Groslier, famille qui a fait couler tant d’encre sur son origine, arbresloise ou non, nous offre une synthèse de tout ce qui a été écrit sur eux et sur leur importance dans l’histoire régionale jusqu’à ce jour.

Celui sur la pharmacie au temps de Monsieur Philippe nous rappelle que ce dernier se déclarait chimiste dans de nombreux documents d’état civil et produisit de nombreux médicaments.

Deux petits articles évoquent, l’un, les morts civils de L’Arbresle dont le souvenir nous est parvenu grâce à une plaque apposée sur la mairie de L’Arbresle, et l’autre, une mini-biographie de Lucien Leguern, frère dominicain qui a vécu a Eveux. Il était un peindre naif de qualité et les plus anciens d’entre nous s’en souviennent car il a peint plusieurs coins de L’Arbresle et certains de ses tableaux trônent dans des salles à manger ou dans les archives des Amis du Vieil Arbresle.

Nous faisons, comme à chaque numéro, appel à vous pour que, si vous découvriez des photos ou des documents sur L’Arbresle et son pays, nous puissions en prendre connaissance avant de vous les rendre. Souvent des articles naissent de vos découvertes familiales. Nous comptons sur votre participation active et nous en remercions.

Découvrir la publication