blason arbresle
Accueil >> Les Publications >> Arborosa

Arborosa n°40

Dans ce numéros encore de belles découvertes régionales historiques.

La chapelle portative de l’abbé Coquereau va retrouver sa vitrine blindée dans l’Espace Découverte du Pays de L’Arbresle, sous peu. Elle a fait partie du voyage de Saint Hélène , dans les bagages de notre abbé, officiellement chargé des cérémonies religieuses lors de la translation des cendres de Napoléon en France, en 1840. Nous avons profité de cet événement pour faire un point de nos connaissances sur l’Empereur, sa famille et plus particulièrement du cardinal Fesch, son oncle, archevêque de Lyon et des relations, bien sûr ténues mais existente, qu’ils ont eu avec le Pays de L’Arbresle.

A cette occasion, nous avons édité un « Dossier d’Arborosa » au sujet de l’histoire de cette chapelle portative et disponible dans les points de vente habituels du pays.

M Combe de Lentilly nous a offert de publier un article sur l’ancien chemin de Sain Bel à Lyon tant à l’époque romaine que médiévale où vous serez surpris d’y découvrir des hypothèses et des argumentations richement étayées sur ses tracés et ses « liens » avec la voie d’Aquitaine, la Via Francisca et la voie royale du Bourbonnais.

Un personnage énigmatique : le colosse de L’Arbresle fut, au XIXème siècle, un des plus grand lutteur de la région et sa redécouverte a donné un prétexte à M Degorgues pour retracer l’histoire de cette activité sportive dans l’histoire et plus particulièrement à Lyon et dans la région lyonnaise .

Dans ce numéro 40, à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, nous publions la première partie du résultat des recherches minutieuses de M Jean Paul Missire au sujet des Poilus Nuellois décédés au cours de la Grande Guerre et dont le souvenir subsiste, si ce n’est dans les mémoires au moins sur le monument aux morts de cette commune.

Cette revue s’achève sur les premiers commentaires de la Franchise abbatiale de L’Arbresle, St Germain, Chessy et le Breuil datée de 1341 et qui vient d’être traduite par l’Ecole des Chartes. Nous y découvrons les rapports économiques entre les moines de Savigny et les habitants de ces paroisses.

Le Grappa (Groupement de Recherche Active des Associations du Patrimoine du Pays de L’Arbresle) gestionnaire d’Arborosa, travaille activement à la rédaction de deux numéros spéciaux d’Arborosa , un premier sur le chanvre dans le pays de L’Arbresle et un second sur l’histoire de la voie royale encore dénommée : le Grand Chemin, la route du Bourbonnais, la route de Paris à Menton qui est devenue sous le premier Empire la RN7 de Paris à Rome.

 

Découvrir la publication

Film : Les personnages célèbres de L'Arbresle

Bande annonce

Découvrir la publication

Arborosa n°39

Vous pouvez vous le procurer à l'Arbresle:

-à la Maison de la Presse rue C De Gaulle

-au Super U Culture de la Zone d'activité des Martinets 

et à Sain Bel au Tabac-presse.

Ce numéro préparé par plusieurs associations historiques du Pays de L’Arbresle sort pour la première fois sous l’égide du Graappa (Groupement de Recherche Active des Associations du Patrimoine du Pays de L’Arbresle). Le Graappa est association de fait, pour le moment, qui s’est fixée pour objectifs de créer des synergiques au niveau locale dans le domaine de l’histoire et du patrimoine. 

Dans ce numéro 39, de la rentrée automnale de 2016, les rédacteurs de la revue vous feront à nouveau découvrir des aspects, souvent méconnus de notre histoire du pays de l’Arbresle. 

Saviez vous que les mines de baryte étaient nombreuses en Beaujolais et Lyonnais et que l’Arbresle possédait à la fin du XIXème siècle une usine de  transformation de ce minerai ; mais à quoi peut bien servir la baryte ?

M Chermette de St Clément sous Valsonne nous a rapporté l’histoire succincte de leur mine de baryte et de l’accident qui a manqué de coûter la vie à quatre mineurs de ce village, en 1944.

L’Arbresle a vu naitre un fondateur de banque et le patron des guides touristiques Pol: Francisque Bérerd.

M Réguillon de Bessenay nous raconte l’histoire des filleuls de Napoléon III du pays de l’Arbresle.

L’auberge médiévale des Trois Maures présente en couverture  de ce numéro est un clin d’œil à l’article de M Forissier sur son état de délabrement au XIXème siècle.

Toujours par Pierre Forissier , vous découvrirez les mesures utilisées, dans la région, avant la Révolution, bien avant l’arrivée du système métrique qui nous a bien simplifié la vie. 

M Gelly, membre de la Drac qui a participé bénévolement à la réalisation du film sur L’Arbresle et qui nous a commenté les pierres préhistoriques ramassées par Pierre Pin, ancien viticulteur de Nuelles, pendant plus d’un demi siècle, nous a fait l’honneur de nous rédiger ces conclusions sur  les plus belles de ces pièces.

Nous terminerons ce numéro sur la légende des chevaliers de l’Arbresle, légende qui remonte à la guerre de cent ans mais qui n’est pas dénuée d’intérêt car comme chacun le sais , les légendes ont toujours un fondement qu’il reste à découvrir.

Découvrir la publication