blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possède 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dès 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évêque de Durham, Robert de Stichill meurt à Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  présidé par le pape Grégoire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel Paléologue, empereur de Byzance, les membres du clergé grec  ainsi que 500 évêques, 60 abbés (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainé, fut prénommé Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Dernières publications

Arborosa n°45


Arborosa n°44


Arborosa Hors Série : « L’Eglise St Jean Baptiste de L’Arbresle »


Arborosa Hors Série : « La vigne et le vin …au pays de l’Arbresle »


La bataille du pays L’Arbresle


L'Arbresle, une étape sur le Grand Chemin

Notre cité de l’Arbresle doit son existence et son développement en grande partie à sa situation géographique. Ce qui est encore vrai maintenant l’était bien davantage au moyen âge, lorsque les voies de communication étaient peu nombreuses et peu praticables.

La situation géographique

L’Arbresle, au carrefour de deux routes importante, la route du Bourbonnais (RN 7) et la route d’Aquitaine (ex RN89), devait voir passer beaucoup de charrois, de coches, de diligences, de cavaliers, de piétons : pèlerins se rendant à Rome, soldats, dont les passages étaient fréquents en période troublée.

À ce propos, précisons que le passage incessant des gens de guerre sur la route du Bourbonnais, soldats que très souvent le manque de paye rendait parfois belliqueux, était une plaie pour la contrée. Les abus devinrent si criants qu'une ordonnance de François 1er tenta d'y remédier en limitant à trois le nombre de serviteurs d'un homme d'armes. Cet édit réglementa en outre que, sauf la paille, le foin, l'avoine et quelque peu de bois, les soldats seraient obligés de payer tout ce dont ils auraient besoin, sans avoir le droit de réquisition. Il fut défendu aussi d'envoyer chercher aux villes et villages voisins ce qui manquait aux lieux d'étape.

 Des célébrités aussi

 Lyon n’était qu’à quelques lieues, et l’Arbresle représentait une bonne étape en venant du nord, pour les hommes, les chevaux, les mulets… et le matériel, avant d’atteindre Lyon. Rien d’étonnant donc à ce que la petite bourgade d’alors devienne une ville étape.

De nombreux souverains s’arrêtèrent, soit à l’abbaye, soit à l’Arbresle. Nous avons évoqué les fréquents passages de Charles VIII (…et de ses soldats).

Citons aussi les passages fréquents de Napoléon, notamment, en juillet 1798, le jeune général, et futur empereur, venait de terminer sa campagne d'Egypte. Il se rendait à Paris. Il s'arrêta longuement à l'Arbresle.

François 1er, traversant la ville avec une brillante suite pour se rendre dans sa bonne ville de Lyon, en 1515, la trouva dit-on « la plus agréable de toutes celles que, depuis Moulins, il avait traversées ».

Citons encore le...



Retrouvez cet article et bien d'autres dans Arborosa Numéro 19

La publication est en vente.

Pour l'acheter, remplissez le bon de commande