blason arbresle

Derniers articles publiés

Antoine Porte le dernier tonnelier de l'Arbresle

Vers 1880, l'Arbresle, dont la superficie totale est de 330 hectares, possède 100 hectares de vignes. Le phylloxera en détruira les trois quarts mais, dès 1886, on replante des cépages américains.

En 1903, 80 hectares de nouvelles vig...    Lire l'article


L’évêque de Durham, Robert de Stichill meurt à Arbipollis (L’Arbresle) en 1274.

En 1274, se tient le second concile de Lyon  présidé par le pape Grégoire X. Jacques 1er d’Aragon, l’ambassadeur de Michel Paléologue, empereur de Byzance, les membres du clergé grec  ainsi que 500 évêques, 60 abbés (dont ...    Lire l'article


Gaspard Claude de Claret de Montverdun Gouverneur de L'Arbresle

Jacques-Annibal Claret de Fleurieu eut, en plus de cinq filles, quatre fils : l'ainé, fut prénommé Camille Jacques Annibal Gaspard (1727-1794) ; le second, Marc Louis Antoine (1729-17963), ami de Jean-Jacques Rousseau et disciple de Jussieu, es...    Lire l'article


Dernières publications

Arborosa n°45


Arborosa n°44


Arborosa Hors Série : « L’Eglise St Jean Baptiste de L’Arbresle »


Arborosa Hors Série : « La vigne et le vin …au pays de l’Arbresle »


La bataille du pays L’Arbresle


André Lassagne

Des qualités humaines exceptionnelles, que nous connaissons par de nombreux témoignages. Une courte vie consacrée entièrement à  son pays par le fait des circonstances, dans la guerre d’abord, dans la résistance ensuite, dans la vie politique enfin ou il jeta ce qui lui restait de santé dans la reconstruction d’une nation exsangue.

Une vie hors du commun

 André Lassagne est né à Lyon, le 23 avril 1911. Il était de milieu modeste et il perdit son père alors qu'il était encore un tout jeune enfant. Cette simple phrase permet d'imaginer sans peine quelles ont dû être les difficultés de sa mère et les siennes propres, difficultés qui mènent à l'abandon parfois mais qui aussi peuvent forger des caractères à toute épreuve. Ce fut le cas pour André Lassagne.

Ses joies de jeunesse, il les rencontrait à l'Arbresle chez sa tante, madame Roche qui habitait en Bas-Louhans. Par la suite, il hérita de sa maison. Et c'est à l'Arbresle qu'il repose au fond de l'ancien cimetière.

De solides études au Lycée du Parc et à la Faculté des Lettres de Lyon l’orientent vers la philologie des langues romanes et aboutissent à l'agrégation d'italien.

Tout en préparant sa carrière de professeur, il a acquis la rude expérience du travail manuel, tour à tour manœuvre, fondeur, monteur électricien.

Appelé au 23° R.T.A., il gagne à l'École militaire de Saint-Maixent son galon de sous-lieutenant. Au moment où la guerre éclate, en 1939, il est détaché par les Oeuvres françaises à l'Étranger, au Lycée français de Rome où il sert bien la  cause  des  relations  culturelles internationales.

Mobilisé à l'Armée des Alpes, il entend l’appel du 18 juin 1940 et organise un premier réseau avec d’anciens camarades de combat.

Entré à « Libération », il participe à de nombreuses actions et s'attache à réaliser l'unification des Mouvements de Résistance de Zone sud, à l’État-major du général Delestraint. Collaborateur direct de Jean Moulin, il est arrêté le 21 juin 1943, à Caluire. Il survit aux tortures de la Gestapo et aux camps de concentration de Natzweiher. Gross-Rosen et Flossenburg. Délivré par l'avance alliée en mai 1945, il ne rentre en France que pour connaître le long isolement du sanatorium, d'où il sort en avril 1947 pour se mettre à la disposition du général de Gaulle.

Premier élu de Lyon aux élections municipales  du 19 octobre 1947.

Élu Conseiller de la République, le 7 novembre 1948, il est nommé membre de la Commission des Affaires étrangères et de la Commission de l'Éducation nationale.

Élu Conseiller général du 3ème  canton, le 7 octobre 1951, il devient premier vice-président de l'Assemblée départementale.

Réélu Sénateur, le 18 mai 1952. Enfin,   élu   membre   suppléant   à l'Assemblée consultative du Conseil de l'Europe, le 28 juillet 1949, et membre titulaire à la date du 10 juillet 1952. André Lassagne est mort à Lyon. le 3 avril 1953.

L'universitaire

Ce qui suit est extrait d'un témoignage de celui qui fut son professeur et son guide à l'université : André Pézard, professeur au collège de France.

« André Lassagne fit à la Faculté des Lettres de Lyon toutes ses études supérieures, depuis le premier certificat de licence jusqu'à l'agrégation d'Italien. J'ai eu peu d'élèves, c'est-à-dire d'amis plus jeunes, dont je demeure aussi fier. et pour des raisons aussi exceptionnelles.

Cette carrière studieuse devait être gênée au début par la nécessité de gagner la vie de chaque jour tout en suivant des cours ; gênée, plus tard, par une activité de résistant qui se montrait jalouse de tous loisirs littéraires : puis brutalement tranchée par l'arrestation et la déportation. Je fis la connaissance d'André Lassagne à la fin de 1932 : il était alors surveillant ou répétiteur au collège de Villefranche-sur-Saône.

Le nouvel étudiant fît voir, dès ses premiers essais, les marques d'une qualité d'esprit évidente. Plus âgé que la moyenne des débutants, et façonné déjà par les duretés de la vie, il s'imposa à mon attention par une allure spirituelle différente des autres. Déjà son travail n'avait plus rien de scolaire, et semblait tantôt l'effort affectueux, tantôt le jeu désinvolte, d'un artisan, qui aime son art et n'en sera jamais l'esclave inquiet. Déjà il parlait avec sûreté, avec élégance, cette langue italienne si aristocratique et si drue dont il voulait étudier l'histoire et les chefs-d'œuvre.

Nommé répétiteur au lycée du Parc, il acheva sans peine sa licence en 1937 et 38, et composa même pour le diplôme d'études supérieures un mémoire dont le sujet eût été interdit à un non philologue : mémoire si intelligent et sensible, si bien bâti, que je le proposais par la suite en modèle à ses cadets. L'un d'eux a oublié de me le rendre, et je le regrette encore maintenant : je ne sais même plus, hélas, à qui le réclamer...

Entre temps, un poste s'étant trouvé vacant à notre lycée Chateaubriand de Rome, j'avais eu la chance de faire accepter la candidature d'André Lassagne. Il passa là-bas une ou deux années qui. dans une existence où ne manquèrent pas les sombres saisons, furent, si je ne me trompe un intermède lumineux. Mais là-dessus vint la « drôle de guerre », et ensuite l'invasion. Le groupe italianisant de la Faculté était le plus petit de tous peut-être : mais nous nous connaissions bien.

Rompant dès novembre 1940 avec la consigne affreuse du silence que certains voulaient faire peser sur nous comme un devoir soi-disant patriotique, et confiant dans la générosité naturelle de toute cette jeunesse qui m'entourait, j'invitais au contraire mes étudiants à parler ensemble en gens qui s'estiment, à compter les uns sur les autres, à s'encourager entre Français, c'est-à-dire entre esprits libres jusque dans le malheur.

Les regards des meilleurs, la gaieté vengeresse qui brillait dans les yeux d'André Lassagne. me réchauffaient quand au cours de l'année je leur lisais d'une voix peu académique des pages qui n'étaient pas toujours choisies dans le programme. Dante et Foscolo. Alfieri et Carducci, mais aussi, sous prétexte de traduction, des pages plus parlantes encore de Montesquieu, Voltaire, Michelet, Duhamel.

En sortant de ces cours, Lassagne m'accompagnait à pied des bords du Rhône jusqu'à la sinistre Part-Dieu : nous parlions de la résistance qui s'organisait, de tracts, dépôts d'armes et parachutages : et par les trous béants de nos semelles, nous sentions dans notre chair le froid dur et fangeux des galets qui pavent la Guillotière, amer « jardin de la France ». Un jour que  Lassagne  ne  savait  où  rencontrer discrètement le général Delestraint et un autre résistant dont je n'ai pas retenu le nom, je leur offris mon cabinet de la Faculté des Lettres.

Telle était l'étrange vie de l'Université en ce temps-là ; on jetait le bonnet carré et l'épitoge par dessus les toits ;  les «profs» étaient complices des « potaches » pour bafouer une certaine autorité : on n'avait plus affaire à « l'Universitas magistrorum et scholarum », mais à « I'Université des Enfants perdus ».

Cependant l'infatigable vivacité d'esprit d'André Lassagne lui fournissait encore les moyens de poursuivre le travail scolaire. Candidat au concours d'agrégation en juin 1943. il se classa sixième aux épreuves écrites. J'étais .dès lors persuadé qu'en d'autres temps, s'il eût pu prendre part aux épreuves orales, ses dons de nature pouvaient le mener sans crainte au plus brillant succès. Mais la lettre qui eût dû lui en apporter le gage avec mes félicitations arriva chez lui au lendemain de son arrestation par la Gestapo.

Ce concours interrompu devait nous sembler une déception bien dérisoire à côté des angoisses qu'éprouvèrent dès   lors les compagnons et amis de Lassagne. Mais Hitler était déjà sur la pente du désastre. Les combats finis, quand Lassagne revint de captivité, ce retour nous parut un miracle, rendu plus éclatant par l'indomptable énergie avec laquelle il dissimulait le triste état de sa santé, donnant à ses misères le masque de l'allégresse.

Une longue année de soins lui rendit à peu  près  l'apparence  d'autrefois. Frappé d'enthousiasme, et comme pour aider au paiement d'une dette nationale, par les palmes qu’il n'avait qu'à cueillir. Je le persuadais de se remettre à l'agrégation d'Italien. Il faut un étrange effort de caractère (d'autres pourront le dire qui en avaient fait l'expérience au sortir d'une guerre plus ancienne) pour se plier à ces jeux byzantins de la culture après de si violentes empoignades avec la vie...

Mais fût-on un héros, il faut consentir à vivre et assurer sa vie, par-delà les âges de mort. Lassagne comprit le bien qu'on lui voulait et se prêta de bonne grâce à l’épreuve. En quelques semaines de lectures. Aidé par l'acquis d'autrefois et surtout par son intelligence, il dominait le vaste programme du concours. Il fut reçu d'emblée au classement spécial de 1946 classement spécial pour les victimes de guerre, mais épreuves communes : et je tiens à préciser que ses notes l'auraient placé, parmi les cinq lauréats de l'année, au deuxième rang. Le jury n'eut pas à délibérer.

André Lassagne aurait été un enseignant admirable. Cependant le métier est dur pour un homme à qui les médecins ont ouvert le thorax comme un livre. J'espère que notre ami n'éprouva aucune mélancolie en renonçant au professorat pour embrasser la carrière politique. En tout cas il eut conscience de la qualité particulière que pouvait donner à son action nouvelle une expérience universitaire prolongée.

Dès son entrée dans la vie publique, il fit à ses pairs et anciens maîtres l'honneur de signer ses affiches de candidature  «  André Lassagne, agrégé de l'Université ». Je suis sûr que ses électeurs, ses collègues du Conseil municipal ou du Conseil de la République, et peut-être quelques chefs de file ont plus d'une fois bénéficié de véritables enseignements, enseignements civiques et humains et nullement pédantesques ceux-là, qui devaient sortir d'une expérience aussi nourrie, d'un jugement aussi clair et droit, d'une parole aussi généreuse que celle d'André Lassagne. »

 

Le Combattant – 1939 - Juin 1940

II revient à Charles Chamussy, Commandant du 2ème Bataillon du 299ème de dire ce que fut la vie militaire d'André Lassagne ; il a été, durant cinq mois de guerre, son chef et resta son ami. « Mobilisé le 2 septembre 1939 comme lieutenant, c'est d'abord au Bataillon Achard du 299ème Régiment d'Infanterie alpine que Lassagne fut affecté. Chef de section à la 1ère Cie, il s'embarqua avec elle pour la vallée du Grésivaudan, dans l'Isère, zone de concentration de la 64ème  Division. Il y vécut les semaines intensives d'entraînement de Chapareillan, fit avec le Régiment la remontée par étapes sur le pays de Gex, et jusqu'au milieu de décembre, participa aux travaux de défense exécutés à Divonne-les-Bains, le long de le frontière Suisse.

Ce fut ensuite le rigoureux et monotone hivernage dans la région de Farges. Vers la fin de février, le Régiment redescendait à Chapareillan où il attendit les offensives de printemps que l'on escomptait et qui allaient enfin, espérait-on, faire sortir de l'inaction. Je pris moi-même au début de mars, le commandement du 2ème Bataillon du Régiment et cherchais alors un bon officier adjoint. Sachant les qualités de Lassagne, je le demandai et finis par l'obtenir. Ce ne fut pas sans peine, tels étaient le prestige du lieutenant de la 1ère Cie sur les hommes de sa section et la place qu'il tenait dans le beau corps d'officiers du Bataillon Achard, dont, avec sa gaieté, son humour et ses spirituelles réparties, il était le boute-en-train.

Lassagne devint donc mon adjoint. À ce poste de liaison et d'informations, aux fonctions multiples. Et qui exige de celui qui l'occupe, avec des connaissances   militaires suffisantes beaucoup d'intelligence, d'activité, d'endurance physique et aussi le goût et le sens des relations. Il fut pour moi un collaborateur de grande classe. En mai, le Bataillon fut détaché du Régiment, et devint « Détachement de liaison entre le 14ème et le 15ème Corps d’Armée ». à l'Est de Barcelonnette. Il devait, comme tel,  surveiller la frontière italienne aux alentours du col du Fer et défendre les débouchés de la haute vallée de la Tinée.

Alors commença une rude vie de campagne, dans un massif montagneux très étendu et enneigé, aux communications difficiles. Que de problèmes soulevaient les moindres liaisons à établir, les ravitaillements à organiser, les renseignements à obtenir ou à communiquer !

À les résoudre, Lassagne mit de l'acharnement. Beaucoup d'alpins se souviennent  encore de cette nuit qu'il passa tout entière avec ses téléphonistes, pour réparer, sous des rafales de neige les lignes arrachées par les coups de vent, et de cette autre équipée où il a lui-même ramené sur ses épaules, au travers de fondrières pleines de neige, un de ses agents de liaison qu'une chute malencontreuse avait légèrement blessé.

Le 10 juin, l'Italie nous déclarait la guerre, et ce furent aussitôt les premiers accrochages. L'ardeur de Lassagne se fit alors plus impatiente

Que de fois j'ai du l’empêcher de voler aux avant-postes, où menait une belle résistance notre splendide section d’éclaireurs skieurs que commandait le lieutenant Lonjaret, un des meilleurs amis de Lassagne. Celui-ci rongeait alors son frein, guettant inlassablement sur les pistes les coureurs qui, heure  par  heure,  nous  apportaient les bienheureux renseignements, ou se tenant aux écoutes des moindres appels et des coups de feu.

Son âme bouillante était à la bataille. L'armistice   lui   fut   particulièrement douloureux. Il en ressentit amèrement l’humiliation. Sans cet arrêt forcé il aurait sans doute, en guerre, fait de grandes choses.

La rage au cœur, il fut démobilisé. Trois mois plus tard, la Résistance, clandestinement, nous rassemblait... »

 

Le résistant - 1940-1943

Un homme de cette trempe ne pouvait rester inactif après l'armistice. Le  lieutenant Lassagne devenait, dès novembre 1940, un des fondateurs dé la Résistance dans le sud-est. À peine démobilisé, il organise des dépôts d'armes et de matériel de transmission ; des chaînes d'évasion de prisonniers et de passages par l'Espagne, des recrutements dans les chantiers de jeunesse et des reconnaissances de terrains d'opérations.

Il met sur pied un système de mobilisation discrète des unités dissoutes de l'armée des Alpes. Il rédige et diffuse les premiers journaux clandestins. Dans son P.C. du 34 de la rue Burdeau à Lyon il organise les manifestations tricolores du 14 juillet 1941 et les officines de faux papiers. Il répand en zone libre des tracts : vérités et petites ailes.

Quand en 1942 de Gaulle charge le général Delestraint de rebâtir les structures militaires, d'organiser l'Armée Secrète Nationale, il le rejoint et prend en charge le 2ème bureau. Il devient inspecteur général de l'armée secrète pour la zone sud.

Et c'est la rafle de Caluire. Le général est arrêté suite à une trahison, le 10 juin 1943 (il sera abattu par ses geôliers le 19 avril 1945).

Jean Moulin responsable du Conseil National de la Résistance doit en tirer les conséquences. Une réunion secrète est prévue le 21 juin chez le docteur Dugoujon à Caluire.

Le jeune docteur Dugoujon avait dit à Marguerite, sa bonne : « Des amis de Monsieur Lassagne vont venir, vous les ferez monter dans ma chambre, vous ne leur demanderez rien ». Marguerite accueille ainsi cinq personnes : Lassagne, Larat, le colonel Lacaze, Aubry, Hardy, qu'elle fait monter au premier étage. À la suite de malentendus, Jean Moulin, Aubrac, le colonel Schwartzfeld arrivent avec trois quarts d'heure de retard chez le docteur où Marguerite, les prenant cette fois pour des clients, les fait entrer dans la salle d'attente où patientent déjà deux authentiques malades, M Taveau et Mme Bidan.

Quelques minutes plus tard, le docteur Dugoujon, qui est en train de recevoir une jeune fille et sa mère, voit trois ou quatre hommes gravir les marches du perron. « Ils sont trop nombreux, pense t-il, je vais les faire monter discrètement. »

II est bien question de discrétion. À peine Dugoujon a t-il ouvert la porte, le voici bousculé par deux gaillards au thorax puissant : « Police allemande, vous avez une réunion chez vous ! Fait extraordinaire d'ailleurs, les huit policiers allemands, ont, eux aussi, trois quarts d'heure de retard sur l'horaire fixé pour la réunion. Les uns pénètrent dans la salle d'attente, les autres montent au premier étage. Vrais et faux malades sont d’abord traités de la même façon, bousculés, frappés - un Allemand se sert du pied d’une table - injuriés, fouillés, menottés...

Dans la soirée, tous les prisonniers sont conduits à l'École de Santé Militaire de Lyon où Barbie a installé son quartier général. Dès les premiers moments de l'interrogatoire, les Allemands savent - par un auxiliaire français qui jette joyeusement une liasse de courrier sur la table et crie : « Max (Jean Moulin) est parmi eux » - qu'ils ont capturé le chef de la Résistance française.

Mais ils ignorent qui est Max. Alors, de la cave au bureau de Barbie, ils font monter Aubry, Larat, Lassagne surtout, Lassagne contre lequel ils s'acharnent, le prenant pour Max, le plaçant, à trois reprises, devant un peloton d'exécution pour un simulacre terrible.

On sait que par la suite Jean Moulin sera reconnu, torturé à mort et qu'il expirera dans le train qui l'emmènera en camp de concentration. Pour André Lassagne ce sera, après les tortures, la déportation... Et dans les pires moments, entre torture et déportation, jamais il ne renonça. En témoignent ces lignes extraites de notes qu'il écrivit en 1943 lorsqu'il était interné à Fresnes : « ...  On ne peut imaginer quelle impression cela fait d'entendre entonner le chant des Girondins (Mourir pour la Patrie) par des gars que l’on viendra peut-être fusiller demain, la tête sous la cagoule anonyme. Il y a des moments exaltants. C'est cette communion de tous qui maintient si élevé le moral de Fresnes : la terreur n'y peut rien. Il y a un grand souffle français qui balaie cette lèpre des emmurés et laisse la joie du sacrifice à nos cœurs ...

... Combien resteront qui auront compris toutes ces choses et qui auront, après le dernier combat, à reprendre à l'avant, comme dans ces dernières années, les vertus de la France qui risquaient de mourir. Il nous faut nous garder, nous et quelques autres. Nous avons la foi et le cœur pur, les muscles aussi pour cogner et pour serrer les mâchoires. Il nous faut sortir intacts autant que faire se peut. Nous avons déjà du pain sur la planche...

 

Le déporté - 1943-1945

Le général Gilliot a été son camarade de déportation. Il évoque le souvenir qu'André Lassagne lui a laissé : «  Lassagne ! un nom qui restera éternellement cher à tous ceux qui ont connu l'homme qui l'a porté. Car Lassagne c'était l’intelligence. le dynamisme, la loyauté, la fidélité dans l'amitié et le courage dans la gaieté. Bien que nous ayons été arrêtés tous deux en juin 1943 par la Gestapo, et que nous ayons été détenus à Fresnes à la même époque, nous avions initialement suivi des filières différentes et c'est seulement à mon arrivée au camp de Struthof (Natzwiffer) que je le vis pour la première fois le 5 mai 1944. Il y était déjà depuis quelques jours, venant d'un Kommando particulièrement dur qui travaillait du côté de Kochem, dans la vallée de la Moselle.

Je n'oublierai jamais l'impression réconfortante qu'il me fit lors de notre première rencontre : dans ce camp, où l'on ne voyait que des visages consternés, il circulait gouailleur, la boutade aux lèvres, plein de confiance dans l'avenir. 

Depuis, nous ne devions plus nous quitter jusqu'en avril 1945. Nous avons connu ensemble, après le camp du Struthof, la maison de correction de Brieg, la prison de Liegnitz, le camp de concentration de Gross-Rosen (en Silésie), celui de Leitmeritz (en Bohême) où l'on pataugeait jusqu'à mi-jambe dans une boue liquide et glacée, enfin le sinistre camp de Flossenburg (au nord de la Bavière) où il devait rester jusqu'à la Libération.  

C'est au cours de notre transport de Gross-Rosen à Leitmeritz, voyage qui s'effectue, du 8 au 12 janvier 1945, par un froid terrible, dans des wagons découverts, et au cours duquel de nombreux détenus trouvèrent la mort, que Lassagne contracta la grave affection pulmonaire qui devait si sérieusement altérer sa santé.

Sous-alimenté, grelottant de fièvre depuis plus de deux mois, il entra à l’infirmerie du camp de Flossenburg environ trois semaines avant que le camp fut libéré par les troupes américaines.

La libération ! Sa première pensée, au lieu de rentrer, est qu'il se doit à ceux qui ne peuvent être rapatriés. Malgré une santé gravement atteinte, il reste au camp, organise un hôpital provisoire pour les plus atteints, sauvant ainsi la vie à combien de ces malheureux ; et il créa  enfin  le  cimetière  international  de Flossenburg, qui permit d'identifier 137 victimes des nazis.

Il ne rentre qu'après avoir rempli une tâche qu'il s'était volontairement assignée.

 

La vie publique - 1947 - 1953

C'est le retour enfin, mais dans quel état physique ! Il faut des mois de soins, de multiples interventions chirurgicales, pour ramener à la vie un   organisme   débilité   par   le   régime concentrationnaire. Mais à peine rétabli, la conviction à laquelle il vient de tout sacrifier continue de l’animer et il accepte de nouvelles occasions de servir avec l'intelligence et la hauteur de vue de toujours. Sous l'apparence enjouée dont il savait abuser ceux qui l'approchaient, sa santé restait précaire. Il le savait, mais il continuait à respirer la jeunesse et l'énergie, joignant la gentillesse et la force d'âme, sachant aimer passionnément la vie et ne pas craindre la mort. L'enthousiasme communicatif qui marquait son activité était une forme de son courage. Et c'est sans jamais se plaindre, ni même parler de soi que, répondant à l'appel de celui qui avait été son chef dans la France libre et la France résistante, il consentit à mettre ce qui lui restait de santé et de force au service de ses concitoyens.

En octobre 1947. il est choisi par eux comme conseiller municipal de Lyon. L'année suivante, il entre au Conseil de la République (ancien nom du Sénat) comme Sénateur du Rhône et trois années après, au conseil général de ce département, dont il devient l'un des vice- présidents.

Ses collègues sénateurs, en hommage à ses hautes qualités, l'avaient délégué au Conseil de l'Europe. Il avait été également membre de la commission des Affaires étrangères et président de la commission de l’Éducation Nationale du Sénat.

 

La reconnaissance des plus grands

Lors de ses obsèques, le Général de Gaulle, avait tenu à exprimer son émotion par ces mots, dont Pierre de Gaulle, son frère, donna lecture :

« II n'y a pas une ombre dans le souvenir qu'il nous laisse. Au contraire ! De quelle chaude lumière cet homme de cœur et de valeur a t-il entouré tous les actes par lesquels, depuis treize années, il prenait part à notre lutte au premier rang des meilleurs.

Son combat de résistant, ses affreuses épreuves de déporté, son action comme guide moral de nos compagnons du Rhône, les efforts et les peines de sa vie publique au Conseil municipal de Lyon et au Sénat, sa mort enfin qu'ont entraînée toutes les souffrances qu'il a subies pour la France et pour la cause des hommes dans les camps d'extermination, il a donné tout cela.

L'estime, le   respect,   littéralement unanimes, enveloppent désormais sa mémoire. Mais à moi qui lui ai tant demandé, il appartient de dire que la noblesse confiante et simple de son amitié me touchait, hier, jusqu'au fond de l’âme et me reste, maintenant, comme un puissant réconfort ».

Un an après sa disparition, la ville de Lyon lui rendait hommage en inaugurant le Quai André Lassagne sur la rive droite du Rhône, et un monument de reconnaissance de la ville, place Tolozan, unit les deux chefs de la résistance qu'étaient Jean Moulin et André Lassagne.

 

L'Arbresle sut aussi rendre hommage à André Lassagne : un groupe scolaire porte son nom et le 8 mai 1976, Joseph Charvet dévoilait le monument, œuvre de Michel Lapandéry, au début de l'avenue André Lassagne. Emouvant hasard de la circulation en ville : pour monter sur le plateau du Champ d'Asile, il faut accéder par l'avenue André Lassagne et redescendre par la rue Jean Moulin. Que cette pierre souvenir, cachée au milieu des fleurs, nous rappelle toujours ce que nous devons à André Lassagne.

 

Bernard Isnard

 

Bibliog. : Plaquette de l’Association  « les Amis  d'André Lassagne» comptant de nombreux témoignages - Henri Amouroux : « Le Peuple réveillé »